Plein écran
Emmanuel Macron, durant le forum de la Paix, à Paris, le 12 novembre. © AFP

Macron accuse de "pudibonderie et d'hypocrisie" ceux qui refusent les critiques

Le président français Emmanuel Macron a fustigé mardi la "pudibonderie" de ceux qui refusent de voir l'inefficacité des organismes internationaux, allusion à ses récentes critiques sur l'Otan, lors de l'ouverture du Forum de Paris sur la Paix dont il a défendu l'utilité.

"Nous avons besoin de plus de coopération", a plaidé M. Macron en ouvrant la deuxième édition de ce forum qu'il a créé l'an dernier. Une trentaine de chefs d'État et de gouvernement y participent, dont une douzaine venant de pays africains, mais sans dirigeants américains ou russes.

"Le risque est de la paresse, de se dire qu'on a des organisations (internationales), on les aime bien, ne les questionnons pas, elles ont parfois perdu leur finalité, plus personne ne comprend où elles vont, cachons ce sein que nous ne saurions voir comme on dit dans Molière, et ça sera mieux".

“Un besoin de vérité”

"Je ne le crois pas du tout, je l'ai montré parfois en heurtant certains dans cette salle il y a quelques jours. On a besoin de vérité. La pudibonderie ou l'hypocrisie ne marchent pas dans les temps qui courent, parce que nos concitoyens le voient. La paresse n'est pas non plus une solution", a-t-il insisté.

Le président français répondait visiblement aux critiques de la chancelière allemande Angela Merkel et de la présidente désignée de la Commission européenne Ursula von der Leyen - présente dans la salle - à ses récentes déclarations contre l'Otan qu'il a jugé en état de "mort cérébrale", en raison du retrait américain et de l'attaque turque en Syrie.

Un forum pour la paix

Emmanuel Macron a aussi affirmé que ce Forum de la Paix, qui s'ajoute à de nombreuses autres réunions internationales, était utile car il réunissait des États, des ONG, des acteurs de la société civile, des entreprises, seule réponse selon lui aux nouveaux défis, démographique, climatique, technologique.

Avant lui, Ursula von der Leyen, le nouveau président de la République démocratique du Congo Félix Tshisekedi et le vice-président chinois Wang Qishan avaient ouvert le forum par des déclarations générales sur la paix et le rôle de leur pays ou organisation respective.

M. Macron a aussi répété vouloir éviter la division du monde autour de deux grandes puissances, États-Unis et Chine. "La répartition entre quelques puissances hégémoniques produit des frustrations" et n'est pas tenable à long terme, a-t-il dit.