Plein écran
Malala Yousafzai © ap

Malala reçoit le prix Anna Politkovskaïa

Malala Yousafzai, l'adolescente pakistanaise qui avait été blessée d'une balle dans la tête par des talibans pour son engagement en faveur de l'éducation des filles, a reçu vendredi à Londres le prix Anna Politkovskaïa décerné par une ONG britannique.

Il s'agit de la septième édition de ce prix créé en hommage à la journaliste russe assassinée en 2006 à Moscou, remis par l'organisation "RAW in WAR" pour récompenser les femmes qui défendent les droits des victimes dans les zones de conflit.

La jeune Pakistanaise de 16 ans, en lice pour le prix Nobel de la Paix et pour le Prix Sakharov du Parlement européen, a déjà reçu de nombreuses distinctions internationales, notamment en septembre le prix le plus prestigieux d'Amnesty International.

"Je suis extrêmement fière d'avoir été choisie pour recevoir cette récompense, qui porte le nom d'Anna, et j'espère pouvoir être aussi courageuse qu'elle", a déclaré Malala, citée dans un communiqué de l'ONG. "J'admire énormément l'engagement qui était celui d'Anna pour la vérité, l'égalité et l'humanité".

Malala avait reçu une balle dans la tête le 9 octobre 2012 lorsque des talibans avaient attaqué le car scolaire dans lequel elle se trouvait. Transférée au Royaume-Uni, elle avait été opérée à Birmingham, où elle réside à présent et où elle scolarisée depuis mars dernier.

Elle a repris son combat pour l'éducation des filles, créé notamment le Malala Fund, et sort mardi un livre, "I am Malala".

La dernière édition de ce prix Anna Politkovskaïa avait été décerné à la journaliste américaine Marie Colvin, tuée en Syrie.

  1. Six femmes de combattants belges de l'EI ont quitté le camp où elles se trouvaient
    syrie

    Six femmes de combat­tants belges de l'EI ont quitté le camp où elles se trouvaient

    Six femmes de combattants belges de l'organisation terroriste État islamique (EI) ont récemment fui le camp kurde d'Al Hol grâce à des trafiquants d'êtres humains, rapporte vendredi le site d'investigation flamand Apache, citant Heidi De Pauw, la directrice de Child Focus. Le professeur Gerrit Loots, qui suit de près la situation dans les camps, confirme également qu'un certain nombre de femmes belges ont quitté cet endroit.