Plein écran

Mali: l'otage suisse pourrait être bientôt libre

Une otage suisse enlevée le 15 avril à Tombouctou, dans le nord du Mali, se trouve entre les mains du groupe islamiste armé Ansar Dine qui l'a reprise à ses ravisseurs et se dit prêt à la libérer, a-t-on appris dimanche de sources sécuritaires et locales.

Selon une source bien informée, "Ansar Dine a rejeté une offre de médiation humanitaire, disant préférer discuter directement avec la Suisse".

Un responsable de la sécurité à Tombouctou a expliqué que la Suissesse avait été enlevée par "une milice privée qui avait l'intention de la revendre à Aqmi", Al-Qaïda au Maghreb islamique, qui a des bases dans le Nord-Mali.

Selon la même source, Béatrice Stockly, âgée d'une quarantaine d'années et vivant depuis lontemps à Tombouctou, était "une commande" d'Aqmi à des "sous-traitants".

"Dans un premier temps, les sous-traitants ont amené Béatrice à une dizaine de kilomètres de Tombouctou. Le lendemain, quand ils ont voulu l'amener plus loin, des éléments armés du groupe Ansar Dine, maître de Tombouctou, les ont poursuivis. Il y a eu des coups de feu échangés et les sous-traitants ont été obligés d'abandonner l'otage", a raconté la source.

Chrétienne très impliquée dans les actions sociales, la victime avait refusé de quitter Tombouctou après sa chute le 1er avril aux mains du mouvement Ansar Dine, appuyé par des éléments d'Aqmi.

Actuellement, vingt otages dont la Suisesse sont encore retenus au Sahel, dont dix-neuf sont par Aqmi et un groupe dissident, le Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao).