Plein écran
© afp

"Moins cancérogène que la charcuterie": ce rapport sur le glyphosate suscite la controverse

Il ne sera remis au Sénat français que jeudi, mais fait déjà beaucoup parler. Un rapport mené par l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) assure que le glyphosate "est moins cancérogène que la charcuterie ou la viande rouge".

Oui ou non, le glyphosate représente-t-il un danger? Malgré les nombreuses études menées, la question divise toujours et risque d'être source de tensions au Sénat français dans les prochains jours. Un rapport qui sera remis jeudi prochain tend à balayer les effets nocifs du pesticide. 

Certaines conclusions du rapport ont déjà fuité et une phrase en particulier, associée au sénateur UDI Pierre Médevielle, fait particulièrement réagir. "Le glyphosate est moins cancérogène que la charcuterie ou la viande rouge."

"Aucune étude scientifique ne prouve formellement sa cancérogénicité, ni en France, ni en Europe ni dans le monde", expose l'élu centriste, des propos rapportés par la Dépêche du Midi.

"Révisionnisme environnemental"
Une position loin de faire l'unanimité et décriée notamment par d'autres parlementaires qui pointent une citation tirée de l'argumentaire de Monsanto. "Le glypho, mangez-en!", ironise Matthieu Orphelin, député et ancien porte-parole de Nicolas Hulot.

Interrogé à ce sujet par RTL France, José Bové pointe un "enfumage" et estime que "les parlementaires ont repris le discours prémâché de Monsanto."Selon le militant, il serait "intéressant" de "savoir si les parlementaires ont été approchés." Dans les colonnes de la Dépêche du Midi, il évoque un "révisionnisme environnemental". 

"Quand certaines personnes affirment que le glyphosate n'est pas dangereux, c'est comme celles qui prétendent que le réchauffement climatique est un fantasme. Ce discours ne tient pas la route."

  1. Le Rassemblement national, "cheval de Troie" de Trump et Poutine selon La République en Marche

    Le Rassemble­ment national, "cheval de Troie" de Trump et Poutine selon La République en Marche

    La majorité macroniste, menacée par le RN pour la victoire aux Européennes, sonne la charge à une semaine des européennes en France contre une extrême droite "cheval de Troie" des plans de Trump et Poutine pour affaiblir l'Europe. L'arrivée à Paris de Steve Bannon, ex-stratège de Donald Trump et soutien de Marine Le Pen, et le scandale aux accents russes qui a brisé samedi la coalition droite - extrême droite en Autriche ont fourni des munitions à la liste LREM-MoDem et au Premier ministre Edouard Philippe.