Plein écran
Les dirigeants français, britannique, canadien et néerlandais ont été surpris par les caméras en train de se moquer du président américain lors de la réception donnée à Buckingham Palace mardi soir avant le sommet de l'Otan. © Capture d'écran CNN

Moqué, Trump tacle Trudeau et annule sa conférence de presse finale: “Il est hypocrite”

Mise à jourLes dirigeants français, britannique, canadien et néerlandais ont été surpris par les caméras en train de se moquer du président américain lors de la réception donnée à Buckingham Palace mardi soir avant le sommet de l'Otan.

Les images tournées par les caméras britanniques et sous-titrées par la chaîne canadienne CBC montrent Emmanuel Macron, Boris Johnson, Justin Trudeau et Mark Rutte discuter vivement avec la princesse Anne et manifestement amusés.

“C’est pour ça que vous êtes en retard?”

Le Premier ministre britannique demande à M. Macron: “C'est pour ça que vous êtes en retard?" M. Trudeau ajoute: "il est en retard parce qu'il a eu une conférence de presse de 40 minutes inattendue". Inaudible dans l'échange, Emmanuel Macron avait auparavant rencontré dans l'après-midi Donald Trump, qui l'avait attaqué durement sur ses propos sur l'Otan et sa volonté de taxer les compagnies technologiques américaines. Les deux dirigeants avaient longuement répondu aux questions des journalistes et Emmanuel Macron avait notamment dit "maintenir" ses propos sur l'Otan en "mort cérébrale", jugés "insultants" par M. Trump.

Rires complices

"Oh, oui, oui, il a annoncé ....", a poursuivi Justin Trudeau en souriant, "on pouvait voir son équipe qui tombait des nues". Comme lors du dernier sommet de l'Otan, M. Trump a fait fi du protocole et utilisé ses apparitions publiques avec des dirigeants alliés pour les questions des médias internationaux. Les échanges surpris par les caméras ne devraient pas améliorer l'ambiance lors du sommet de mercredi dans un golf de la banlieue de Londres, déjà assombri par plusieurs différends notamment l'intervention de la Turquie en Syrie.

Trump réagit: “Hypocrite”

Le président américain Donald Trump a déploré “l’hypocrisie” du Premier ministre canadien Justin Trudeau. “Il est hypocrite. C’est un type bien... mais c’est comme ça”, a-t-il déclaré au cours d’un point de presse lors de sa rencontre avec la chancelière allemande Angela Merkel, en marge de la session de travail du sommet du 70e anniversaire de l’Otan à Watford (Royaume-Uni), près de Londres.

Conférence de presse annulée

Donald Trump a précisé avoir tancé le Premier ministre canadien lors de leur entretien: “Je lui ai dit qu’il ne payait pas les 2 % de son PIB promis pour les dépenses militaires et je suis sûr qu’il n’était pas content”. Le président américain a annoncé dans la foulée qu’il annulait sa conférence de presse prévue à l’issue du sommet. “Je vais annuler la conférence de presse”, a déclaré le locataire de la Maison Blanche.

Relations complexes

Ses relations avec Justin Trudeau sont complexes. Le Premier ministre canadien avait vexé le président américain lors du sommet du G7 en juin 2018 à La Malbaie (Canada). Quelques heures après la conférence de presse de Justin Trudeau au cours de laquelle il avait jugé “insultante” la décision américaine d’imposer des taxes sur les importations d’acier et d’aluminium du Canada, Donald Trump, piqué au vif, avait tweeté depuis son avion Air Force One qu’il avait ordonné à ses représentants de retirer le sceau américain du communiqué final. Il avait au passage traité Justin Trudeau de personne “malhonnête et faible”.

Plein écran
Justin Trudeau, Donald Trump et Emmanuel Macron © Photo News

Les dirigeants de l’Otan serrent les rangs

Les dirigeants des 29 pays membres de l’Otan se sont efforcés de donner un message d’unité lors d’un “mini-sommet” près de Londres destiné à célébrer le 70e anniversaire de cette alliance militaro-politique en proie à un débat sur son avenir après des déclarations musclées des présidents français, américain et turc et des décisions unilatérales des deux derniers à propos de la Syrie.

“L’alliance la plus solide de l’histoire”

Les chefs d'État et de gouvernement des 29 pays membres, réunis dans un golf de luxe du comté de Hertfordshire, au nord-ouest de Londres, ont qualifié l’Otan d’alliance “la plus solide et la plus réussie de l’histoire” dans une courte déclaration. “En dépit des différences, nous sommes unis autour de notre tâche pricipale: (se) défendre et (se) protéger l’un l’autre”, a résumé le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, lors de la conférence de presse de clôture, qualifiant l’ambiance de la réunion de “constructive” et de “productive”.

“Parfois, nous sommes en désaccord”

“La plupart du temps nous tombons d’accord et nous trouvons des conclusions communes. Parfois nous sommes en désaccord”, a-t-il admis sans citer explicitement les tensions créées entre alliés par la guerre en Syrie, avec un retrait unilatéral des troupes américaines décidé par le président Donald Trump puis une offensive turque contre la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG), alliée des Occidentaux.

“Déclaration de Londres”

La “déclaration de Londres” souligne que “l’Otan garantit la sécurité du territoire de nos pays et celle de leurs citoyens, au nombre d’un milliard, ainsi que notre liberté et les valeurs que nous partageons, parmi lesquelles la démocratie, la liberté individuelle, les droits de la personne et l’état de droit. La solidarité, l’unité et la cohésion sont des principes fondamentaux de notre Alliance”.

“Fondement de notre défense collective”

Alors que nous œuvrons ensemble à prévenir les conflits et à préserver la paix, l’Otan reste le fondement de notre défense collective et le forum essentiel pour les consultations et la prise de décision en matière de sécurité entre Alliés. Nous réaffirmons le lien transatlantique qui unit durablement l’Europe et l’Amérique du Nord, notre adhésion aux buts et principes de la Charte des Nations unies, ainsi que notre engagement solennel, inscrit dans l’article 5 du traité de Washington, selon lequel une attaque contre un Allié est considérée comme une attaque contre nous tous”, poursuit cette “déclaration de Londres” avalisée également par le président américain Donald Trump, souvent frileux sur le respect par Washington de son engagement envers l’article 5 du Traité de l’Atlantique nord.

Progrès réalisés

Pour tenter d’apaiser M. Trump, toujours prompt à réclamer de ses alliés une hausse de leurs dépenses de défense, M. Stoltenberg a insisté sur les “progrès” réalisés par les Européens et le Canada en matière de “partage du fardeau”, en accroissant depuis 2016 leurs budgets militaires de 130 milliards de dollars. “Ce nombre passera à 400 milliards d’ici 2024", date à laquelle tous les alliés sont censés consacrer 2 % de leur Produit intérieur brut (PIB) aux dépenses de défense - alors qu’ils ne seront que neuf à atteindre cet objectif cette année -, a assuré le secrétaire général. “C’est sans précédent. Cela rend l’Otan plus fort”, a-t-il souligné.

L’espace, 5e domaine d’opérations

Les dirigeants des 29 pays membres - et bientôt trente, avec l’adhésion prochaine de la Macédoine du Nord - ont notamment déclaré l’espace en tant que cinquième domaine d’opérations de l’Otan (aux côtés du terrestre, de l’aérien, du maritime et du cyberespace), “reconnaissant ainsi son importance s’agissant de préserver notre sécurité et de relever les défis en la matière, dans le respect du droit international”. Ils ont aussi confirmé l’initiative de préparation des forces dite “4x30", qui devrait renforcer la capacité de réaction de l’Otan en permettant de déployer en 30 jours 30 bataillons mécanisés, 30 escadrilles et 30 navires de combat. 

Plein écran
© AFP
Plein écran
Les dirigeants des pays membres de l’Otan posent pour la photo de famille avec la reine Elizabeth II et le prince Charles. © AP