Plein écran
Pierre et Viviane (à gauche), Vincent Lambert (à droite) © Photo News

Mort de Vincent Lambert: une autopsie pour “rechercher les causes du décès”

Le procureur de Reims, Matthieu Bourrette, a annoncé jeudi avoir ouvert une enquête en “recherche des causes de la mort” après le décès de Vincent Lambert, patient en état végétatif depuis presque onze ans décédé jeudi au CHU de Reims, et une autopsie a été demandée.

Une fois “avisé par le centre hospitalier universitaire de Reims du décès de Vincent Lambert (...) j’ai immédiatement décidé de l’ouverture d’une enquête en recherche des causes de la mort”, a déclaré Matthieu Bourrette lors d’une conférence de presse, précisant avoir saisi le service régional de la police judiciaire de Reims.

“J’ai ouvert cette enquête au regard du contexte tout particulier de ce décès après des années de recours judiciaire et du conflit ouvert qui existe depuis plusieurs années entre les membres de la famille” de M. Vincent Lambert.

Il était pour lui “indispensable” de “fournir à tous les membres de la famille (...) les éléments médicaux et judiciaires leur permettant de connaître les causes exactes de la mort”. En outre, “comme dans toute enquête en recherche des causes de la mort (...) j’ai décidé qu’une autopsie du corps de Vincent Lambert aurait lieu”, a-t-il poursuivi.

“Cette enquête a pour seul objet de connaître les circonstances du décès de Vincent Lambert et de vérifier que les opérations médicales ont bien été réalisées conformément à la loi” Claeys-Leonetti régissant la fin de vie, a-t-il répété, précisant que “les résultats de cette enquête ne seront vraisemblablement pas connus avant plusieurs semaines, voire plusieurs mois”.

“Crime d'État” selon les avocats des parents

La mort de Vincent Lambert est un “crime d'État”, ont dénoncé les avocats de ses parents, mettant de nouveau en cause le médecin de ce patient en état végétatif depuis près de 11 ans, décédé jeudi au CHU de Reims.

“Vincent est mort, tué par raison d’État et par un médecin qui a renoncé à son serment d’Hippocrate (...) L’heure est au deuil et au recueillement. Il est aussi à la méditation de ce crime d'État”, ont déclaré dans un communiqué Me Jean Paillot et Jérôme Triomphe, avocats de Pierre et Viviane Lambert, opposés depuis des années à l’arrêt des traitements de leur fils.

“Cette cathédrale d’humanité qui brûlait depuis une semaine sous nos yeux impuissants s’est effondrée. Il n’aura été tenu aucun compte de la dignité de cet homme handicapé, condamné parce que handicapé”, ont-ils ajouté. Selon eux, “cette faute ignoble ébranle les fondements de notre droit et de notre civilisation” et “rejaillit sur nous tous”.

Le parquet de Reims a ouvert une enquête préliminaire pour tentative d’homicide volontaire après la plainte déposée par les avocats des parents de Vincent Lambert.

 Sa femme Rachel “abattue” par des “années de procédure”

L’épouse de Vincent Lambert, Rachel, est “abattue” par des “années de procédure”, “d’acharnement thérapeutique” et de “lutte” pour faire entendre “les volontés de son époux” Vincent, patient en état végétatif depuis presque onze ans décédé jeudi, a déclaré à l’AFP son avocate, Me Sara Nourdin.

“L’annonce de son décès a été très éprouvante et difficile sur le plan personnel, parce que ça reste la perte d’un être cher, mais elle est aussi triste devant l’acharnement qui continue... Tout ça est très violent”, a-t-elle ajouté.

Vincent Lambert, patient en état végétatif depuis un accident de la route en 2008, est décédé jeudi matin à l’âge de 42 ans, huit jours après l’arrêt de son hydratation et de son alimentation par sonde. Son cas, qui a divisé sa famille, est devenu le symbole du débat sur la fin de vie en France.