Netanyahu évacué d'un meeting après une alerte

Des sirènes annonçant des tirs de roquettes imminents depuis la bande de Gaza ont retenti mardi à Ashdod (sud d'Israël) alors que le Premier ministre Benjamin Netanyahu, en campagne pour les législatives du 17 septembre, y tenait un meeting, selon la télévision publique.

Plein écran
Benjamin Netanyahu © EPA

La chaîne publique israélienne Kan 11 a diffusé des images montrant des membres des services de sécurité de M. Netanyahu se rapprocher de lui alors qu'il parlait à la tribune. L'un d'eux a chuchoté à son oreille puis le Premier ministre a fait un geste d'au revoir de la main en évacuant le bâtiment. 

Roquettes interceptées

Dans un court communiqué, l'armée israélienne a indiqué que deux roquettes tirées depuis l'enclave palestinienne avaient été interceptées par le bouclier antimissile israélien "Dôme de fer". L'armée a précisé que les sirènes avaient retenti près d'Ashkelon et à Ashdod, sans donner plus de détails. 

Promesse de campagne

L'évacuation de M. Netanyahu a eu lieu moins de trois heures après qu'il eut promis l'annexion d'un pan stratégique de la Cisjordanie occupée s'il était réélu le 17 septembre, provoquant l'indignation des Palestiniens.  Une vidéo postée sur Whataspp par le parti du Likoud (droite) de M. Netanyahu l'a montré revenant sur la scène pour continuer à parler après la fin de l'alerte, disant que le Hamas islamiste au pouvoir à Gaza avait peur de sa victoire au scrutin du 17 septembre. "Si (le Hamas) nous attaque en direct à la télé, vous comprenez qu'il ne veut pas de nous ici", a-t-il déclaré devant ses partisans. 

“Capitulation face au terrorisme”

Toujours à Ashdod, lorsque la sirène a retenti, le rival politique de Netanyahu, l'ancien ministre de la Défense, Avigdor Lieberman, s'adressait lui aux partisans de son parti nationaliste Israel Beiteinou. "L'événement d'aujourd'hui prouve que la politique de Netanyahu de capitulation face au terrorisme est en faillite", a-t-il déclaré dans un communiqué publié sur Facebook. 

Lieberman a démissionné de son poste de ministre de la Défense en novembre à la suite d'un accord de cessez-le-feu à Gaza, qu'il avait qualifié de "capitulation face au terrorisme".