Plein écran

Nicolas et Carla Sarkozy visitent la grotte de Lascaux

Plein écran
Plein écran
Plein écran

Le président Nicolas Sarkozy, accompagné de son épouse Carla et du ministre de la Culture Frédéric Mitterrand, a visité dimanche la grotte de Lascaux (Dordogne), à l'occasion du 70e anniversaire de sa découverte.

"On a vu quelque chose d'extraordinaire, qui est la fois parfaitement universel puisque c'est un lieu qui appartient à l'humanité dans son ensemble, et en même temps qui est enraciné dans ce Périgord qui a su si bien protéger son identité et ses richesses", a-t-il déclaré à l'issue d'une visite de quasiment une heure.

"On a eu l'impression de rentrer dans une cathédrale. Quand on sait qu'il y a dix-huit mille ans des hommes savaient à ce point exprimer leur émotion, c'est quelque chose qui nous a bouleversés et on a ressenti profondément, Carla et moi, le privilège extrême de rentrer dans la grotte de Lascaux", a ajouté le chef de l'Etat.

Bain de foule
Les époux Sarkozy se sont ensuite offert un bain de foule à Montignac pendant une heure. Nicolas Sarkozy devait ensuite rencontrer un groupe de paléontologues et d'historiens au musée national de la préhistoire des Eyzies (Dordogne), avant d'y prononcer un discours.

Découverte en 1940, la grotte de Lascaux, dont les peintures datent d'il y a 17.000 à 18.000 ans, a été fermée au public en 1963 après l'apparition d'algues vertes. Depuis 1983, les visiteurs ont accès à une copie de la grotte, baptisée Lascaux II, située à quelques centaines de mètres de l'originale et qui accueille quelque 250.000 visiteurs par an. A la faveur d'un changement du système de climatisation, la grotte est à nouveau victime depuis le début des années 2000 de la prolifération de champignons qui provoquent l'apparition sur les parois de taches blanches puis de taches noires.

Protestations
Une centaine de personnes, selon la police, 150 selon les organisateurs, se sont rassemblées dimanche à la mi-journée à l'entrée de Montignac. Les manifestants, rassemblés pour un "pique-nique citoyen" sur un large rond-point à l'écart du village, où le convoi présidentiel n'est pas passé, ont déployé une fresque baptisée "Lascaux III", d'une dizaine de mètres de long, sur laquelle ils ont inscrit des messages au président de la République, selon les organisateurs. On pouvait y lire notamment: "Je croyais que les privilèges avaient été abolis, si la grotte est fermée, qu'elle le soit pour tous".

Accompagné de son épouse, Nicolas Sarkozy a effectué une visite exceptionnelle de cette grotte fermée au public depuis 1963. A l'appel de tous les partis de gauche, de plusieurs syndicats et d'organisations comme la LDH, Réseau éducation sans frontières, Attac ou la confédération paysanne, les manifestants ont installé deux mannequins à l'effigie du couple présidentiel et distribué des tracts pour "dénoncer la politique régressive menée par Nicolas Sarkozy".

Ras-le-bol
"On a un vrai ras-le-bol de cette politique qu'il mène depuis trois ans", a déclaré Jean-Luc Marchive, secrétaire adjoint de la FSU de Dordogne. "Nicolas Sarkozy vient voir la grotte de Lascaux puis il s'en va sans parler d'emploi", a-t-il ajouté, sur fond de musique tzigane pour "mettre en avant la question des Roms".

"Ce 12 septembre, alors qu'il vient célébrer un haut lieu du patrimoine de l'Humanité, nous voulons lui rappeler qu'aucun autre président de la République ne s'était attaqué aussi brutalement aux budgets de l'éducation et de la cuture", écrit aussi Europe Ecologie, dans un communiqué. (afp)

  1. Un car belge impliqué dans un accident avec un véhicule fantôme en Allemagne

    Un car belge impliqué dans un accident avec un véhicule fantôme en Allemagne

    Un car belge qui transportait 32 personnes a percuté un véhicule fantôme sur l'autoroute A1 près de la ville de Mayence, en Allemagne, dans la nuit de samedi à dimanche, rapporte la fédération du secteur FBAA. Le conducteur du véhicule a été tué, tandis que deux chauffeurs du car ont été grièvement blessés et transportés à l’hôpital à Mayence. Sept autres personnes ont été transportées dans des hôpitaux d'Alzey et de Bad Kreuznach avec des blessures mineures, tandis que certains passagers ont reçu des soins sur place.