Plein écran
© afp

"Nous payons les erreurs de l'Europe"

Le président macédonien Gjorge Ivanov a déploré que son pays soit obligé de payer "les erreurs de l'Union européenne" dans la gestion de la crise des réfugiés, dans une interview vendredi au quotidien allemand Bild.

"Dans la crise des réfugiés, nous payons les erreurs de l'Union européenne", a-t-il expliqué. "Nous avons déjà dû dépenser 25 millions d'euros de l'argent du contribuable, nous sommes en état d'urgence et qu'avons-nous reçu de l'Europe? Rien! Pas un cent!", a-t-il critiqué.

"Nous ne sommes rien"
"Nous ne sommes rien, membre ni de l'UE, ni de Schengen, ni de l'Otan, personne ne veut de nous. Cependant, nous protégeons l'Europe d'un pays européen (la Grèce, ndlr) dont le contrôle des réfugiés est déficient", a poursuivi M. Ivanov.

"L'Allemagne a totalement échoué"
Le président macédonien estime par ailleurs que si l'Allemagne "a très bien agi dans une logique humanitaire" dans cette crise en ouvrant en septembre 2015 ses frontières au flot de migrants, sur la question de la sécurité, "elle a totalement échoué".

Informations cruciales
Il évoque le fait que son pays a voulu échanger des données sur "des djihadistes potentiels" mais que personne n'a voulu de ces informations. "Ce n'est qu'après les attentats de Paris que l'on nous a interrogé. Et là, nous avons pu dire aux autorités qu'au total dix personnes étaient entrées en Europe" avec la même identité que l'un des auteurs, a-t-il expliqué.

Route des Balkans
La Macédoine est en première ligne sur la route des Balkans, empruntée par les candidats à l'asile qui arrivent sur les îles grecques en provenance des côtes turques, afin de rejoindre les pays de l'Europe centrale et du Nord.

  1. Un “guérisseur” allemand ne devrait pas aller en prison suite aux décès de 3 patients dont une Belge

    Un “guérisseur” allemand ne devrait pas aller en prison suite aux décès de 3 patients dont une Belge

    Un tribunal de la ville allemande de Krefeld, en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, a condamné lundi le "guérisseur" du cancer Klaus Ross, 62 ans, à deux ans de prison avec sursis. Celui dont le centre pour le traitement du cancer a été fermé il y a quelques années est tenu pour responsable de la mort de trois patients, dont une femme belge. Le ministère public allemand avait requis une peine de trois ans de prison.