Plein écran
© ap

Obama et Abe à Pearl Harbor, éloge de la réconciliation

Trois quart de siècle après l'attaque de Pearl Harbor, Shinzo Abe et Barack Obama ont rendu hommage aux victimes de cette offensive qui précipita l'Amérique dans la Seconde Guerre mondiale, et fait l'éloge de la réconciliation.

Plein écran
© ap
Plein écran
© photo_news
Plein écran
© afp

Sept mois après leur visite commune à Hiroshima, ville martyre frappée par le feu nucléaire, le Premier ministre japonais et le président américain ont rejoint, par bateau, le mémorial USS Arizona, construit au-dessus de l'épave rouillée du cuirassé qui fut détruit par l'aviation nippone le 7 décembre 1941. Les deux hommes ont déposé des couronnes de fleurs devant le mur sur lequel sont inscrits les noms des 1.177 Américains qui y périrent.

Préparée pendant des mois dans le plus grand secret, l'attaque éclair - elle dura à peine deux heures - contre la principale base navale américaine dans le Pacifique, sur l'archipel d'Hawaï, fit plus de 2.400 morts.

"Le message que je veux envoyer au monde, ici, à Pearl Harbor, avec le président Barack Obama, est celui du pouvoir de la réconciliation", a déclaré M. Abe dans un discours chargé d'émotion. "Aujourd'hui, particulièrement aujourd'hui, le monde a besoin de l'esprit de tolérance et du pouvoir de réconciliation", a-t-il ajouté.

"En tant que Premier ministre du Japon, j'offre mes sincères et éternelles condoléances aux âmes de ceux qui ont perdu la vie ici", a-t-il déclaré, Barack Obama, le visage grave, debout à ses côtés. "Nous ne devons jamais répéter les horreurs de la guerre", a ajouté le dirigeant japonais dans un immense silence.

Le Premier ministre, qui s'exprimait en japonais, a aussi salué "tous les hommes et les femmes courageux qui ont perdu la vie dans une guerre qui a commencé à cet endroit même".

"En tant que nations et peuples, nous ne pouvons choisir l'histoire dont nous héritons mais nous pouvons choisir les leçons que nous en tirons", a déclaré le président américain en écho, soulignant que l'alliance entre Tokyo et Washington n'avait jamais été aussi forte.

Une première pour un ministre japonais
C'est la première fois qu'un Premier ministre japonais se rend sur le mémorial USS Arizona, construit au début des années 1960.

Le 7 décembre 1941, quelque 350 avions japonais attaquaient par surprise la base américaine de Pearl Harbor, tuant 2.400 soldats américains et détruisant une partie de la flotte US du Pacifique. Le lendemain, le président américain Franklin D. Roosevelt demandait au Congrès de déclarer la guerre au Japon.

Avant M. Abe, trois chefs de gouvernement se sont rendus à Pearl Harbor dans les années 50, dont son grand-père, Nobusuke Kishi, mais aucun d'entre eux n'avait participé à une cérémonie d'hommage aux victimes sur les lieux.

  1. Une journaliste de “Quotidien” convoquée par les services secrets: les cas se multiplient en France
    Play

    Une journalis­te de “Quotidien” convoquée par les services secrets: les cas se multi­plient en France

    De nombreuses voix ont dénoncé mercredi en France de nouvelles convocations de journalistes par les services secrets pour des affaires touchant de près le régime du président Emmanuel Macron. Dernière en date, une journaliste de l'émission "Quotidien", sur la chaîne de télévision TMC, a révélé mercredi soir avoir été convoquée en février par les policiers de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) pour une enquête sur les ventes d'armes françaises à l'Arabie Saoudite.