Plein écran
© ap

Ouverture du procès du "dépeceur de Montréal"

UpdateLe procès du Canadien Luka Rocco Magnotta, accusé d'avoir tué et dépecé un étudiant chinois, un crime qui a fait le tour du monde en 2012, s'est ouvert lundi à Montréal où il devrait durer tout l'automne.

Placé dans une cellule vitrée pour toute la durée du procès, qui pourrait s'étirer sur deux mois, l'ancien acteur porno est arrivé vers 09H30 locale (13H30 GMT) dans une petite salle d'audience étriquée ne pouvant accueillir que 13 spectateurs (cinq personnes du public, cinq journalistes et trois membres de la famille de Lin Jun, l'étudiant chinois assassiné).

Les débats ont débuté avec l'exposé de la preuve par l'avocat de la Couronne (ministère public), Louis Bouthillier, qui a notamment demandé au juge Guy Cournoyer de ne pas encourager les jurés à envisager la relaxe pour "troubles mentaux", une requête qualifiée de "surprenante" par le magistrat. La partie civile s'est rendue jusqu'en Europe lors d'une commission rogatoire tenue au printemps dernier, afin d'entendre des témoins de la fuite rocambolesque de Luka Rocco Magnotta en France et en Allemagne.

Au coeur de cette affaire criminelle, l'une des plus retentissantes et des plus sordides de l'histoire du Canada, Magnotta est accusé d'avoir tué avec préméditation et dépecé un étudiant chinois en mai 2012, avant d'envoyer certaine de ses membres jusqu'au bureau du Premier ministre canadien Stephen Harper et de fuir vers Paris et Berlin, où il avait été arrêté une dizaine de jours plus tard.

Présidé par le juge Guy Cournoyer, son procès se déroule surtout en anglais et devant un jury de 12 personnes, six hommes et six femmes, soigneusement choisis parmi plusieurs centaines de candidats potentiels. La famille de Lin Jun, le défunt étudiant et ex-compagnon de l'accusé, assiste aux audiences et devrait tenir une conférence de presse lundi après-midi, selon leur avocat.

Plein écran
Luka Rocco Magnotta aurait pris quelques kilos depuis son arrestation © ap

Il plaide non coupable
Agé de 32 ans, Luka Magnotta est accusé d'avoir tué chez lui avec un pic à glace son ancien petit ami Lin Jun. Il est également poursuivi pour outrage à cadavre pour l'avoir découpé, de diffusion de matériel obscène pour avoir posté une vidéo des faits sur internet, d'envoi par courrier de morceaux du cadavre, et de harcèlement vis-à-vis du Premier ministre canadien Stephen Harper et de députés.

Le dépeceur présumé a plaidé non coupable à tous ces chefs d'accusation pour lesquels il est passible de l'emprisonnement à vie. L'affaire avait commencé en mai 2012, alors que le Québec était plongé dans une crise sociale majeure provoquée par une grève étudiante. Un torse décapité, celui de la victime, avait été retrouvé dans une valise jetée sur un tas d'ordures dans une ruelle de Montréal. L'enquête avait rapidement mené la police à un logement situé tout près, où habitait Magnotta.

Avant de prendre un vol pour Paris, le 26 mai, le suspect aurait envoyé les pieds et les mains de la victime par colis postal au siège du Parti conservateur canadien et à celui du Parti libéral, à Ottawa, ainsi qu'à deux écoles de Vancouver. La tête de la victime n'avait été retrouvée qu'en juillet 2012 dans un parc de Montréal. La cavale du tueur présumé l'avait ensuite conduit en Allemagne où il avait été arrêté le 4 juin 2012 dans un cybercafé à Berlin, avant d'être rapidement extradé au Canada.

Plein écran
Lors de son arrestation en juin 2012 © epa