Plein écran
© reuters

Pas de preuve claire sur les utilisateurs d'armes chimiques en Syrie

Le président de la commission d'enquête de l'ONU sur la Syrie a réaffirmé vendredi qu'il ne pouvait pas dire avec certitude qui avait utilisé des armes chimiques en Syrie, malgré les accusations de Washington contre Damas.

Interrogé par des journalistes sur ces accusations, Paulo Pinheiro a refusé de "commenter les déclarations ou décisions de gouvernements". "Nous ne sommes pas capables de dire qui a utilisé des agents ou des armes chimiques, et nous sommes très préoccupés par la chaîne de détention", c'est-à-dire le parcours des armes jusqu'à leur découverte, a-t-il indiqué.

Dans son dernier rapport devant le Conseil des droits de l'Homme, la commission avait dénoncé l'usage d'agents chimiques à au moins quatre occasions en Syrie, mais sans pouvoir "identifier la nature de ces agents chimiques, les systèmes d'armes employés, ni qui les a utilisés". Selon M. Pinheiro, les pays occidentaux qui accusent le régime de Damas n'ont pas fait part de leurs informations à la commission et seuls les experts de l'ONU, menés par Ake Sellstrom, pourront trouver éventuellement des preuves en allant sur place, ce qu'ils n'ont pas pu faire jusqu'ici.

M. Pinheiro, qui a rencontré vendredi à huis clos des membres du Conseil de sécurité, a aussi rejeté l'option militaire: "la fourniture d'armes engage la responsabilité de ceux qui les livrent car les gens qui les reçoivent pourraient commettre des crimes de guerre". "Il faut un nouvel élan diplomatique, pas un nouvel élan militaire", a-t-il souligné en appelant le Conseil à accélérer la tenue de la Conférence de Genève. "La Syrie est en chute libre", a-t-il insisté. L'opposition syrienne a affirmé vendredi avoir reçu de l'étranger de nouvelles armes modernes susceptibles de "changer le cours de la bataille".

  1. Un pickpocket interpellé lors d'un concert avec 30 téléphones dans son short grâce à un tuyau de la police belge
    Play

    Un pickpocket interpellé lors d'un concert avec 30 téléphones dans son short grâce à un tuyau de la police belge

    Un trentenaire roumain, qui avait caché une trentaine de téléphones volés dans le short cycliste qu’il portait sous ses vêtements, a été arrêté mardi passé aux Pays-Bas, en marge d’un concert de Sum 41 dans la salle AFAS Live à Amsterdam, grâce à un tuyau de la police belge, suite au vol similaire d’une cinquantaine de téléphones lors d’un concert du même groupe canadien le 14 janvier à la Lotto Arena à Anvers.
  2. Une nouvelle demande de remise en liberté de Patrick Balkany rejetée

    Une nouvelle demande de remise en liberté de Patrick Balkany rejetée

    La cour d'appel de Paris a à nouveau rejeté lundi une demande de mise en liberté du maire de Levallois-Perret Patrick Balkany, 71 ans, une semaine avant l'ouverture de son procès en appel pour blanchiment aggravé. La cour a également rejeté une demande d'abaissement de la caution de 500.000 euros imposée à l'élu - actuellement incarcéré à la prison parisienne de la Santé - dans le cadre du contrôle judiciaire accordé après sa condamnation pour fraude fiscale.