Plein écran
© reuters

Perquisition au bureau de Jean-François Copé

Des perquisitions ont eu lieu jeudi visant l'ancien patron de l'UMP Jean-François Copé, notamment son bureau à l'Assemblée nationale, dans l'affaire Bygmalion, a-t-on appris de source proche de l'enquête, confirmant une information de RTL.

Dans cette affaire de fausses factures qui ont permis de dissimuler des dépenses de campagne de Nicolas Sarkozy lors de la présidentielle de 2012, les juges et les enquêteurs cherchent à déterminer quelle connaissance les politiques avaient de la fraude.

Précédents
Des perquisitions avaient déjà eu lieu en mai et en octobre au siège de l'UMP. Celles de jeudi interviennent au lendemain de la levée de l'immunité parlementaire du député UMP Philippe Briand, l'ancien trésorier de la campagne de M. Sarkozy, par le bureau de l'Assemblée nationale.

Conviction
Les enquêteurs de l'office anticorruption de la PJ (Oclciff), qui disposent de nombreux éléments comptables et de témoignages, ont la conviction qu'Event et Cie, filiale de Bygmalion, a adressé à l'UMP et "à sa demande" pour 18,5 millions d'euros de fausses factures en 2012, selon une source policière. L'objectif était d'imputer ces factures à l'UMP pour "dissimuler les réelles dépenses" de la campagne et ne pas crever le plafond légal de 22,5 millions d'euros, selon cette source.

Mises en examen
Sept personnes ont déjà été mises en examen dans ce dossier, quatre anciens dirigeants de Bygmalion ou d'Event and Cie et trois anciens cadres de l'UMP, dont son ex-directeur général, Eric Cesari, un proche de Nicolas Sarkozy. Jérôme Lavrilleux, le seul à l'UMP qui a reconnu la fraude, affirme qu'elle a été décidée et mise en place après l'élection présidentielle perdue par Nicolas Sarkozy, alors que plusieurs cadres de Bygmalion situent la prise de décision au début du mois d'avril 2012, bien avant le 1er tour.

Copé et Sarkozy "pas au courant"
M. Lavrilleux a assuré que Nicolas Sarkozy et Jean-François Copé, dont il était très proche, n'étaient pas au courant. L'enquête a été ouverte notamment pour abus de confiance mais a été étendue depuis au délit de financement illégal de campagne, une infraction qui peut viser Nicolas Sarkozy.

Démission
Bygmalion était dirigée par des proches de Jean-François Copé, Bastien Millot et Guy Alvès. L'ancien patron de l'UMP, contraint à la démission par cette affaire, assure qu'il n'était pas au courant de la fraude.

  1. Donald Trump: "Les gens doivent tirer la chasse d'eau 10 fois, 15 fois!"

    Donald Trump: "Les gens doivent tirer la chasse d'eau 10 fois, 15 fois!"

    Depuis son arrivée au pouvoir, il y a près de trois ans, Donald Trump dénonce inlassablement les règlementations environnementales, trop nombreuses et souvent inutiles à ses yeux. Après les ampoules à économie d'énergie, moquées lors des meetings de campagne "Make America Great Again", le président américain s'est lancé vendredi dans un nouveau combat: les mécanismes visant à économiser l'eau dans les toilettes.
  2. L’auteur de la fusillade sur la base navale en Floride est un Saoudien en formation militaire

    L’auteur de la fusillade sur la base navale en Floride est un Saoudien en formation militaire

    Un homme identifié comme un Saoudien en formation militaire a ouvert le feu vendredi dans une base navale en Floride, trois jours après une attaque similaire à Pearl Harbor, faisant trois morts avant d'être tué par la police. La fusillade a eu lieu dans une des salles de cours de la base aéronavale américaine de Pensacola, a indiqué David Morgan, le shérif du comté d'Escambia, sans préciser l'identité, l'arme ou le mobile du tireur.