Réfugiés dans un camp au nord de Mossoul, en Irak.
Plein écran
Réfugiés dans un camp au nord de Mossoul, en Irak. © AP

Plus de 2.300 Syriens se sont réfugiés en Irak

Les Nations unies ont annoncé vendredi que plus de 2.300 personnes, la plupart des femmes et des enfants, avaient fui les combats dans le nord-est de la Syrie pour se réfugier en Irak au cours des derniers jours.

"Pour le quatrième jour consécutif, le Haut-Commissariat aux réfugiés (...) a accueilli des centaines de réfugiés qui ont franchi la frontière entre le nord-est de la Syrie et l'Irak", a dit le porte-parole de l'agence de l'ONU, Andrej Mahecic, lors d'une conférence de presse à Genève.

Il a précisé que "plus de 1.600 réfugiés syriens avaient été acheminés depuis la frontière jusqu'au camp de réfugiés de Bardarash", à environ 150 kilomètres à l'est de la Syrie, et a ajouté qu'un autre groupe de 734 personnes avait franchi la frontière dans la nuit.

L'ONU estime qu'environ 166.000 personnes ont été contraintes de quitter leur foyer depuis le déclenchement le 9 octobre de l'offensive de la Turquie contre une milice kurde dans le nord-est de la Syrie.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) affirme pour sa part que l'opération militaire a provoqué le déplacement de 300.000 personnes en huit jours.

“Des femmes, des enfants et des personnes âgées”

Selon l'ONG, près de 500 personnes ont été tuées au cours des combats, dont des dizaines de civils, en majorité kurdes.

M. Mahecic a rapporté que des réfugiés avaient raconté à leur arrivée en Irak qu'il leur avait fallu "des jours pour rejoindre la frontière car ils devaient se déplacer au milieu des bombardements et des combats".

"La plupart des nouveaux arrivés sont des femmes, des enfants et des personnes âgées", a-t-il indiqué.

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a de son côté annoncé qu'il avait revu à la hausse ses programmes d'aide alimentaire dans le nord-est de la Syrie, avec pour objectif de nourrir quelque 580.000 personnes dans la région en octobre.

  1. Un camion force le passage parmi les manifestants à Minneapolis
    Play

    Un camion force le passage parmi les manifes­tants à Minneapo­lis

    Un camion-citerne a tenté dimanche de se forcer un passage au milieu d'un cortège de milliers de manifestants sur un pont du centre de Minneapolis, dans le Minnesota, forçant l'intervention massive des forces de l'ordre. "A priori aucun manifestant n'a été blessé", selon un communiqué de la police locale qui parle d'un incident "très dérangeant". Le chauffeur du camion a été blessé, sans que sa vie soit en danger. Il a été conduit à l'hôpital et placé en état d'arrestation.
  2. Trump emmené dans un bunker face à la manifestation sous tension
    Play

    Trump emmené dans un bunker face à la manifesta­ti­on sous tension

    Le président américain Donald Trump a été brièvement placé dans un bunker souterrain vendredi soir alors que les manifestants se réunissaient devant la Maison-Blanche pour réclamer la justice après la mort du quadragénaire afro-américain George Floyd suite à son interpellation à Minneapolis, indiquent lundi les médias outre-Atlantique sur base de sources officielles anonymes, évoquant l’une des alertes les plus élevées depuis le 11 septembre 2001.
  3. Michael Jordan et Lewis Hamilton s’engagent eux aussi contre le racisme

    Michael Jordan et Lewis Hamilton s’engagent eux aussi contre le racisme

    L'ancienne superstar américaine du basket Michael Jordan et le sextuple champion du monde de F1 Lewis Hamilton se sont joints dimanche aux sportifs qui, à travers le monde, ont déploré la mort d'un homme noir lors de son interpellation aux États-Unis qui a entraîné des dizaines de manifestations dégénérant parfois en émeutes. Le pilote britannique a lui dénoncé le silence des "plus grandes stars" de la F1 "dominée par les blancs".