Plein écran
Réfugiés dans un camp au nord de Mossoul, en Irak. © AP

Plus de 2.300 Syriens se sont réfugiés en Irak

Les Nations unies ont annoncé vendredi que plus de 2.300 personnes, la plupart des femmes et des enfants, avaient fui les combats dans le nord-est de la Syrie pour se réfugier en Irak au cours des derniers jours.

"Pour le quatrième jour consécutif, le Haut-Commissariat aux réfugiés (...) a accueilli des centaines de réfugiés qui ont franchi la frontière entre le nord-est de la Syrie et l'Irak", a dit le porte-parole de l'agence de l'ONU, Andrej Mahecic, lors d'une conférence de presse à Genève.

Il a précisé que "plus de 1.600 réfugiés syriens avaient été acheminés depuis la frontière jusqu'au camp de réfugiés de Bardarash", à environ 150 kilomètres à l'est de la Syrie, et a ajouté qu'un autre groupe de 734 personnes avait franchi la frontière dans la nuit.

L'ONU estime qu'environ 166.000 personnes ont été contraintes de quitter leur foyer depuis le déclenchement le 9 octobre de l'offensive de la Turquie contre une milice kurde dans le nord-est de la Syrie.

L'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) affirme pour sa part que l'opération militaire a provoqué le déplacement de 300.000 personnes en huit jours.

“Des femmes, des enfants et des personnes âgées”

Selon l'ONG, près de 500 personnes ont été tuées au cours des combats, dont des dizaines de civils, en majorité kurdes.

M. Mahecic a rapporté que des réfugiés avaient raconté à leur arrivée en Irak qu'il leur avait fallu "des jours pour rejoindre la frontière car ils devaient se déplacer au milieu des bombardements et des combats".

"La plupart des nouveaux arrivés sont des femmes, des enfants et des personnes âgées", a-t-il indiqué.

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a de son côté annoncé qu'il avait revu à la hausse ses programmes d'aide alimentaire dans le nord-est de la Syrie, avec pour objectif de nourrir quelque 580.000 personnes dans la région en octobre.