Plein écran
Archives. © AFP

Plus de 200 Syriens quittent le camp de déplacés d'Al-Hol en Syrie

Quelque 200 Syriens, en majorité des femmes et des enfants, ont quitté dimanche le camp d'Al-Hol, qui accueille des civils déplacés par la guerre mais aussi des proches de djihadistes dans le nord-est de la Syrie, a annoncé un responsable kurde.

Fer de lance en Syrie de la lutte contre le groupe Etat islamique (EI), les forces kurdes gèrent plusieurs camps de déplacés où sont installés les milliers de civils ayant fui les batailles contre les djihadistes, mais aussi des familles de l'EI, notamment des étrangères et leurs enfants.

Les autorités kurdes, qui contrôlent des régions du nord et nord-est de la Syrie, ont commencé en juin à faire partir des dizaines de familles syriennes du camp d'Al-Hol, où s'entassent près de 70.000 personnes vivant dans le plus grand dénuement.

“La majorité” de ceux qui sortent n’ont “aucun lien avec l’EI”

Dimanche, quelque 48 familles, soit plus de 200 personnes, ont quitté Al-Hol, pour rallier leurs villages de Hajine, Chaafa ou encore Baghouz, dans la province orientale de Deir Ezzor, a indiqué à l'AFP Cheikhmous Ahmed, responsable du dossier des déplacés au sein des autorités kurdes. "La majorité sont des enfants et des femmes, avec certains hommes", a-t-il précisé, assurant que "la majorité" de ceux qui sortent n'ont "aucun lien avec l'EI".

  1. Un pickpocket interpellé lors d'un concert avec 30 téléphones dans son short grâce à un tuyau de la police belge
    Play

    Un pickpocket interpellé lors d'un concert avec 30 téléphones dans son short grâce à un tuyau de la police belge

    Un trentenaire roumain, qui avait caché une trentaine de téléphones volés dans le short cycliste qu’il portait sous ses vêtements, a été arrêté mardi passé aux Pays-Bas, en marge d’un concert de Sum 41 dans la salle AFAS Live à Amsterdam, grâce à un tuyau de la police belge, suite au vol similaire d’une cinquantaine de téléphones lors d’un concert du même groupe canadien le 14 janvier à la Lotto Arena à Anvers.
  2. Une nouvelle demande de remise en liberté de Patrick Balkany rejetée

    Une nouvelle demande de remise en liberté de Patrick Balkany rejetée

    La cour d'appel de Paris a à nouveau rejeté lundi une demande de mise en liberté du maire de Levallois-Perret Patrick Balkany, 71 ans, une semaine avant l'ouverture de son procès en appel pour blanchiment aggravé. La cour a également rejeté une demande d'abaissement de la caution de 500.000 euros imposée à l'élu - actuellement incarcéré à la prison parisienne de la Santé - dans le cadre du contrôle judiciaire accordé après sa condamnation pour fraude fiscale.