Plein écran
© epa

Plus de 900.000 personnes déplacées au Nord Kivu

Quelque 914.000 personnes ont été enregistrées comme déplacées dans la région du Nord-Kivu (est de la République démocratique du Congo), a annoncé jeudi un responsable du Haut commissariat des Nations unies au réfugiés (HCR), n'excluant pas que certaines aient pu être comptabilisées plusieurs fois.

Plein écran
Délégation du M23 à Kampala © afp

Le nombre de personnes déplacées s'est accru d'environ 500.000 depuis avril, en raison des affrontements entre forces gouvernementales et rebelles qui se sont déroulées autour de Goma (est) a expliqué le responsable du HCR, Gert Weskereen, au cours d'une conférence de presse commune avec le Programme alimentaire mondial (PAM) et l'organisation des Nations unies pour l'enfance (UNICEF), à Kinshasa. 751 enfants ont été perdus par leurs familles au moment des déplacements provoqués par les combats ou les avancées de troupes, a précisé une représentante de l'UNICEF, Nona Zicherman. Rassemblés et confiés à des familles ou placés dans des structures particulières, ils ne sont jusqu'à présent que 84 à avoir retrouvé leurs parents. Selon l'UNICEF, 80% des déplacés ont été hébergés dans des familles d'accueil. 160.000 d'entre eux ont bénéficié de distribution de nourriture, selon Fabienne Pompey du PAM. Les déplacés sont répartis sur 19 sites autour de Goma, selon le PAM. Un seul des camps est géré par les autorités, les autres ont été installés de manière improvisée autour d'écoles, d'églises ou dans des lieux plus ou moins appropriés. Les rebelles du M23 (Mouvement du 23 mars) avaient lancé en avril une offensive qui a conduit à l'occupation pendant douze jours, en novembre, de Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu. Sous forte pression internationale, le M23 a accepté de se retirer le 1er décembre de la ville en échange de négociations avec le régime de Joseph Kabila. De premiers pourparlers se sont ouverts dimanche à Kampala. Le M23 est composé d'ex-rebelles tutsis congolais qui avaient d'abord accepté d'être intégrés en 2009 à l'armée régulière avant de se mutiner au printemps. Le gouvernement de RDC et l'ONU accusent le Rwanda et l'Ouganda de soutenir les rebelles congolais, ce que ces deux pays démentent. Selon le HCR, depuis l'arrêt des combats il y a deux semaines environ, on constate un mouvement de retour des populations vers le Rutshuru, région du nord de Goma conquise depuis juillet par le M23.