Plein écran
Greta Thunberg lors d'un discours à Berlin, Allemagne, le 29 mars 2019. © afp

Pour Greta Thunberg, son autisme est un "super pouvoir"

La jeune égérie de la lutte contre le dérèglement climatique estime que l'autisme peut-être un "super pouvoir" s'il est géré dans de bonnes circonstances et avec les bons ajustements.

La jeune Suédoise Greta Thunberg s'est fait connaître mondialement pour avoir initié la grève étudiante pour le climat. Depuis la fin du mois d'août, l'adolescente de seize ans sèche en effet les cours chaque vendredi pour faire le piquet devant le parlement suédois à Stockholm. Le 4 décembre 2018, Greta Thunberg prend la parole à la COP24, le sommet des Nations unies sur les changements climatiques, et appelle les jeunes du monde entier à faire la grève des cours une fois par semaine. Un appel reçu cinq sur cinq en Belgique, comme on peut le constater depuis le mois de janvier.

Adulée par certains, détestée par d'autres
En quelques mois à peine, la jeune suédoise est devenue une icône de la lutte contre le dérèglement climatique. Adulée par certains, critiquée voire détestée par d'autres, la native de Stockholm ne laisse personne indifférent. Et pour cause, il n'est pas commun de voir une jeune fille de 16 ans remettre les grands leaders mondiaux à leur place. Une précocité mentale qu'elle doit en partie à une particularité dont elle est fière.

En effet, Greta Thunberg, comme sa soeur Beata, est atteinte du syndrome d'Asperger, un trouble autistique sans déficience intellectuelle. Le syndrome d'Asperger se caractérise notamment par une altération des interactions sociales générant de l'isolement et de la souffrance, mais aussi par le développement d'intérêts concernant des domaines variés comme les sciences, la littérature, les mathématiques ou encore l'écologie dans le cas de la Suédoise.

Citation

"Sans mon diagnostic, je n'aurais jamais commencé la grève de l'école pour le climat"

Greta Thunberg, militante pour le climat

Malgré tout, l'autisme "n'est pas un cadeau", rappelle Greta Thunberg sur Instagram. "Pour la plupart, c'est un combat sans fin contre les écoles, les lieux de travail et les harceleurs. Mais dans de bonnes circonstances, avec les bons ajustements, cela peut être un super pouvoir", écrit la jeune activiste.

Dépression
Elle confie également avoir souffert de dépression, d'anxiété et de divers troubles. "Mais sans mon diagnostic (à l'âge de onze ans, NDLR), je n'aurais jamais commencé la grève de l'école pour le climat. Parce que j'aurais été comme tout le monde. Nos sociétés doivent changer, nous avons besoin de personnes qui savent sortir des sentiers battus et nous devons commencer à prendre soin les uns des autres. Et accepter nos différences", appelle Greta Thunberg.

  1. Donald Trump: "Les gens doivent tirer la chasse d'eau 10 fois, 15 fois!"

    Donald Trump: "Les gens doivent tirer la chasse d'eau 10 fois, 15 fois!"

    Depuis son arrivée au pouvoir, il y a près de trois ans, Donald Trump dénonce inlassablement les règlementations environnementales, trop nombreuses et souvent inutiles à ses yeux. Après les ampoules à économie d'énergie, moquées lors des meetings de campagne "Make America Great Again", le président américain s'est lancé vendredi dans un nouveau combat: les mécanismes visant à économiser l'eau dans les toilettes.
  2. L’auteur de la fusillade sur la base navale en Floride est un Saoudien en formation militaire

    L’auteur de la fusillade sur la base navale en Floride est un Saoudien en formation militaire

    Un homme identifié comme un Saoudien en formation militaire a ouvert le feu vendredi dans une base navale en Floride, trois jours après une attaque similaire à Pearl Harbor, faisant trois morts avant d'être tué par la police. La fusillade a eu lieu dans une des salles de cours de la base aéronavale américaine de Pensacola, a indiqué David Morgan, le shérif du comté d'Escambia, sans préciser l'identité, l'arme ou le mobile du tireur.