Plein écran
Alex Acosta a fini par démissionner, mais les Américains ont-ils gagné au change? © Photo News

Pourquoi le candidat de Trump au poste de ministre du Travail inquiète

Donald Trump a annoncé jeudi qu'il proposera la candidature de Eugene Scalia au poste de ministre du Travail, après la démission d'Alex Acosta de ce poste la semaine dernière suite à un scandale sexuel. Gene Scalia est fils d’un ancien juge à la Cour suprême Antonin Scalia, mais ce n’est pas ce qui chagrine l’opinion publique.

"Je suis heureux d'annoncer que j'ai l'intention de nommer Gene Scalia au poste de ministre du Travail", a déclaré le président des Etats-Unis sur Twitter. "Gene a mené une vie de grand succès dans le domaine juridique et du travail et est très respecté non seulement en tant qu'avocat, mais aussi en tant qu'avocat ayant une grande expérience de l'interaction avec le monde du travail et avec tout le monde", a écrit M. Trump. 

Le défunt père d’Eugene Scalia, le juge conservateur Antonin Scalia, a siégé à la Cour suprême des États-Unis pendant 30 ans, de 1986 à sa mort en 2016. Eugene Scalia est actuellement associé au cabinet Gibson, Dunn and Crutcher à Washington. 

Plein écran
Antonin Scalia © AFP

Son prédécesseur Alex Acosta, ancien procureur fédéral, a finalement démissionné sous la pression à la suite d'une entente secrète qu'il avait négociée il y a dix ans avec Jeffrey Epstein, un financier accusé d'abus sexuels sur des adolescentes mineures. 

Mais les travailleurs américains ont-ils gagné au change? La candidature de l’ancien avocat fait grincer des dents: en tant qu’avocat, Eugene Scalia a défendu l’enseigne de grande distribution Walmart en 2005, et ce pour lui éviter de couvrir davantage les soins de santé de ses employés, rappellent déjà plusieurs observateurs. Beaucoup, dont le sénateur Chuck Schumer, montent au créneau et redoutent que cette nomination au ministère du Travail n’augure qu’une précarisation accrue des travailleurs au profit du patronat.