Plein écran
© epa

Poutine a quitté le G20 car il avait "besoin de dormir"

Le président russe Vladimir Poutine a quitté dimanche l'Australie avant même la publication du communiqué final d'un sommet du G20 où il a été vivement critiqué au sujet de la crise ukrainienne, affirmant avoir "besoin de dormir".

Après deux journées de discussions marquées par des attaques de plusieurs dirigeants occidentaux fustigeant "l'agression" de la Russie en Ukraine, le maître du Kremlin a quitté Brisbane, ville de l'est de l'Australie, avant même la publication du communiqué final du G20, ce qui constitue une entorse au protocole.

Le sommet avait en effet des accents de guerre froide, les dirigeants de pays anglo-saxons accusant Moscou d'être une "menace pour le monde", désireux de restaurer la "gloire perdue du tsarisme ou de l'Union soviétique", et d'"agresser" des pays plus petits qu'elle, en référence à l'Ukraine, une ex-république soviétique dont des régions de l'est sont contrôlées par des rebelles pro-russes.

Mais M. Poutine, d'ordinaire prompt à afficher sa vigueur physique et sa virilité, a expliqué avoir quitté le sommet de Brisbane bien avant ses homologues en raison de son besoin de sommeil.

"Pour aller d'ici à Vladivostok, il faut neuf heures d'avion, et encore neuf heures pour faire Vladivostok-Moscou. Ensuite, nous devons rentrer à la maison. Nous avons besoin de dormir au moins quatre ou cinq heures", a déclaré l'homme fort de la Russie à des journalistes russes.

Arrivé sur le tarmac avec le sourire et d'un pas alerte, Vladimir Poutine ne semblait pas particulièrement fatigué, selon des images diffusées par les organisateurs du sommet. Il est même allé serrer la main de deux motards de son escorte et a posé aux côtés de membres du personnel de sécurité pour une photo souvenir, avant de monter dans l'avion.