Poutine cherche-t-il à absorber la Biélorussie?

Le président biélorusse Alexandre Loukachenko a affirmé vendredi subir des pressions du Kremlin afin que la Biélorussie fusionne avec la Russie en échange de prix avantageux pour la livraison d'hydrocarbures.

Plein écran
Le président biélorusse Alexandre Loukachenko et Vladimir Poutine (archives) © photo_news

"Le leadership russe a fait allusion à l'intégration de la Biélorussie en échange de prix de l'énergie unifiés", a indiqué vendredi l'homme fort de Minsk, cité par son service de presse, racontant sa rencontre avec Vladimir Poutine à Sotchi la semaine dernière.

Loukachenko au pouvoir depuis 1994

M. Loukachenko a ajouté qu'il était "convaincu que ni les Russes ni les Biélorusses ne voudraient jamais emprunter cette voie". Alexandre Loukachenko, qui dirige d'une main de fer le pays depuis 1994, a multiplié récemment les déclarations dénonçant les pressions russes, Vladimir Poutine semblant vouloir une intégration plus poussée entre les deux alliés.

Relations mouvementées

La Russie et la Biélorussie connaissent des relations mouvementées, notamment à cause de fréquentes disputes énergétiques. Alors que la Biélorussie importait jusqu'à récemment l'intégralité de son pétrole de Russie à un tarif préférentiel, la Russie a mis fin cette année à ce régime. Malgré de nombreuses négociations, les deux pays ont échoué à trouver un accord sur les prix pour 2020.

Économie biélorusse exsangue

Les livraisons d'hydrocarbures russes à prix réduits étaient cruciales pour l'ex-république soviétique. Minsk raffine une très grande partie du pétrole russe reçu puis l'exporte vers l'Europe, ce qui constitue un apport financier majeur pour ce pays à l'économie exsangue.

L’ambition secrète de Poutine?

Les conjectures vont bon train depuis des mois sur une ambition russe de former avec la Biélorussie un seul pays. Selon certains observateurs, ce projet pourrait permettre au président Poutine - qui n'a pas le droit en vertu de la Constitution russe de se présenter à la présidentielle de 2024 - de rester au pouvoir en prenant la tête de cette entité russo-biélorusse.

Loukachenko refuse catégoriquement

Alexandre Loukachenko martèle régulièrement que son pays ne serait pas absorbé, tout en poursuivant des négociations dans le cadre de "l'Union Russie-Biélorussie", une alliance politico-économique aux contours mal définis datant de 1999.