Plein écran
© afp

Procès à Paris du meurtrier présumé d'une jeune Suédoise

UpdateBruno Cholet, chauffeur de taxi clandestin et délinquant multirécidiviste, comparaît à partir de mardi matin devant la cour d'assises de Paris pour le meurtre en 2008 d'une étudiante suédoise, qu'il nie avoir commis.

Plein écran

Bruno Cholet, 55 ans, est soupçonné d'avoir enlevé et tué Susanna Zetterberg, 19 ans, après l'avoir prise en charge avec son taxi le samedi 19 avril peu avant cinq heures du matin, à la sortie d'une boîte de nuit parisienne. Le corps de l'étudiante, en partie carbonisé, avait été découvert quelques heures plus tard par une promeneuse en bordure d'un chemin de la forêt de Chantilly, dans l'Oise.

La jeune fille, qui avait reçu plusieurs balles, avait été retrouvée les mains menottées dans le dos. Elle avait aussi un hématome au front, que les enquêteurs ont attribué à un coup que lui aurait porté son agresseur pour lui extorquer les codes de ses cartes bancaires. L'état de son corps n'avait pas permis d'établir si elle avait subi des violences sexuelles.

Bruno Cholet avait été interpellé six jours après le meurtre. Parmi les éléments à charge recueillis par les enquêteurs, des traces d'ADN semblable à celui de la victime avaient été découvertes sur un pistolet retrouvé dans le véhicule de Bruno Cholet. Mais celui-ci accuse les policiers d'avoir fabriqué des preuves contre lui. La mère de la victime, Asa Palmqvist, interrogée par RTL, a déclaré que ce procès "va être très, très dur". "L'important c'est (de) le condamner, prouver que c'est lui. Je ne pourrai jamais le pardonner", a-t-elle ajouté.

L'accusé, qui encourt la réclusion à perpétuité, a déjà été condamné une dizaine de fois, notamment à deux reprises, en 1978 et 1989, pour des viols. Son procès est prévu jusqu'au 14 septembre.

L'accusé pris d'un malaise
Bruno Cholet a été pris d'un malaise mardi matin peu après l'ouverture de son procès, qui a été suspendu. L'accusé "est sur le point de vomir", ont déclaré les gendarmes présents dans le box avec Bruno Cholet qui, très pâle, venait de retirer sa veste.

Vingt minutes après le début du procès, la présidente a décrété une suspension, et le Samu a été appelé.