Plein écran
© epa

Prostitution: des célébrités, dont Aznavour et Deneuve, contre le projet de loi

Plusieurs dizaines de célébrités, de Florence Arthaud à Catherine Deneuve en passant par Charles Aznavour, ont signé une pétition lancée par le chanteur Antoine contre la proposition de loi renforçant la lutte contre la prostitution et publiée par Le Point.

"Sans cautionner ni promouvoir la prostitution, nous refusons la pénalisation des gens qui se prostituent et de ceux qui ont recours à leurs services, et nous demandons l'ouverture d'un vrai débat sans a priori idéologique", affirme le texte de cette pétition approuvée par une soixantaine de personnes, dont Hugues Aufray, Louis Bertignac, Mireille Darc, Julie Depardieu, Jack Lang et Line Renaud.

La proposition de loi contre la prostitution qui sera examinée par l'Assemblée nationale les 27 et 29 novembre prévoit de sanctionner le recours à une prostituée d'une amende de 1.500 euros, doublée en cas de récidive. Elle abroge aussi le délit de racolage public.

Selon Le Point, le chanteur et navigateur "lutte pour que 'l'on rende aux personnes qui se prostituent les mêmes droits qu'aux autres travailleurs'". Antoine s'oppose à ce qu'il qualifie de "chiffres de convenance", comme "l'affirmation selon laquelle 90% des prostituées seraient 'contraintes'".

Le projet de loi a déjà été la cible d'une pétition intitulée "Touche pas à ma pute", signée par les "343 salauds" et qui avait provoqué une vive polémique. Ce texte n'a "aucun rapport" avec sa pétition, selon Antoine.

  1. Un ami sulfureux, un appartement à Paris: ces éléments qui relient Epstein à la France

    Un ami sulfureux, un apparte­ment à Paris: ces éléments qui relient Epstein à la France

    L'affaire Jeffrey Epstein va-t-elle rebondir en France ? Près de deux semaines après le suicide en prison du financier américain accusé d'abus sexuels sur mineures, de nouveaux éléments renforcent l'hypothèse d'un scandale aux ramifications françaises. Saisi fin juillet, le parquet de Paris assure à l'AFP poursuivre ses "vérifications" et "échanges" avec les autorités américaines avant de décider ou non d'ouvrir une enquête. Le nom d’un Français revient régulièrement.