Plein écran
© epa

"Prudence" face à Huawei au Royaume-Uni

Le ministre britannique des Affaires étrangères, Jeremy Hunt, a appelé dimanche son gouvernement à faire preuve "de prudence" et à bien réfléchir avant d'entrouvrir les portes du réseau 5G du Royaume-Uni à l'équipementier chinois Huawei.

"Nous avons raison d'avoir un certain degré de prudence vis-à-vis du rôle des grandes entreprises chinoises en raison du degré de contrôle que l'État chinois est en mesure d'exercer sur elles", a déclaré Jeremy Hunt dimanche soir au Daily Telegraph.

Cinq jours auparavant, la Première ministre Theresa May avait donné son feu vert, selon des fuites dans la presse, à Huawei pour participer au déploiement au Royaume-Uni du réseau 5G, future génération ultrarapide de l'internet mobile.

Soupçonné d'espionnage
"Cela ne veut pas dire que (le) rôle (de ces entreprises) est automatiquement malveillant", a poursuivi M. Hunt. "Mais il y a des points comme la loi de 2017 qui dispose que toutes les entreprises chinoises, quel que soit leur actionnariat, doivent coopérer avec les services de renseignements chinois en toute occasion". Des éléments à "soupeser très attentivement" avant toute décision finale.

Huawei est soupçonné d'espionnage pour le compte de Pékin par les Etats-Unis, qui l'ont exclu du déploiement de la 5G sur leur sol et tentent de convaincre leurs alliés occidentaux d'en faire autant. Huawei nie ces allégations.

L'ambassadeur chinois au Royaume-Uni, Liu Xiaoming, a de son côté défendu l'équipementier et encouragé le Royaume-Uni à "prendre une décision indépendante, fondée sur ses intérêts nationaux", dans une tribune publiée dans The Sunday Telegraph.

"Les préoccupations concernant la sécurité sont compréhensibles", a-t-il estimé. La 5G, en tant que technologie "nouvelle", n'est "pas parfaite et doit encore être améliorée". Mais "les risques", qui "doivent être pris au sérieux", peuvent être "gérés" si "les entreprises et les pays collaborent", a-t-il assuré.

Selon des fuites publiées dans The Telegraph la semaine dernière, Londres devrait autoriser un accès limité à Huawei, qui ne serait pas impliqué dans le coeur du réseau mais sur des infrastructures moins sensibles, comme les antennes.

Cette dernière aurait validé la participation de Huawei malgré les réserves affichées par plusieurs membres du gouvernement, dont M. Hunt, le ministre de l'Intérieur Sajid Javid, celui de la Défense, Gavin Williamson, et celui du Commerce International, Liam Fox.

  1. “Greta Thunberg voyage dans le temps”: une photo de 120 ans fait parler d’elle

    “Greta Thunberg voyage dans le temps”: une photo de 120 ans fait parler d’elle

    Greta Thunberg ressemble étrangement à une fillette photographiée il y a environ 120 ans. Il n’en fallait pas plus pour que l’on s’amuse sur les réseaux sociaux des possibles voyages à travers le temps de la militante pour le climat. L’image qui montre trois enfants fait fureur sur la toile. Rien d’étonnant si l’on regarde de plus près le personnage au premier plan. La longue tresse de la petite fille achève la ressemblance.
  1. Jambon soulèvera "prudemment" la question des droits humains en Chine

    Jambon soulèvera "prudemment" la question des droits humains en Chine

    La mission économique actuellement menée en Chine n’échappe pas à son lot de critiques, certains la jugeant peu opportune alors que la tension ne fait qu’augmenter à Hong Kong. Le ministre-président flamand affirme avoir mis la question des droits humains à l’agenda lors de ses rencontres politiques avec les autorités chinoises. Cependant, il estime que la Flandre doit être consciente de son rang. “Pour pouvoir réellement faire une différence, il faut s’en remettre à l’Europe.”
  2. Perpétuité pour l'assassin d'une jeune touriste belge au Canada

    Perpétuité pour l'assassin d'une jeune touriste belge au Canada

    Sean McKenzie, un Canadien de 27 ans, a été condamné mardi à la prison à vie pour le viol et l'assassinat d’Amélie Sakkalis, une touriste belge de 28 ans, sauvagement tuée à l'été 2018 en Colombie britannique, rapporte le Vancouver Sun. L'homme, qui a reconnu les faits, est libérable à partir de 2042 mais restera vraisemblablement plus longtemps derrière les barreaux, celui-ci n'ayant jamais expliqué son geste.