Plein écran
© AFP

Quand Banksy dénonce le tourisme de masse à Venise

Sans le savoir, des policiers vénitiens ont peut-être chassé le street artist le plus connu du monde.

Banksy a posté sur Instagram une vidéo dans lequel on voit un homme caché derrière un chapeau installer près de la place Saint-Marc plusieurs tableaux sur des chevalets, ceux-ci formant ensemble un énorme paquebot au milieu de Venise et ses gondoles. Le titre de l’oeuvre: “Venice in Oil” est un jeu de mots, “oil” désignant dans la langue de Shakespeare tant l’huile sur la toile que le pétrole. 

Car c’est bien la pollution et le tourisme de masse dans la cité des Doges que l’artiste choisit ici de dénoncer, les navires de croisière polluant les eaux de la Sérinissime et fragilisant, comme on le sait, les fondations de la ville bâtie sur pilotis. 

Son installation artistique étant illégale, Banksy (si c’est bien lui) se voit finalement chasser par des policiers. Le street artist quitte alors la place Saint-Marc en poussant un caisson de bois, laissant le spectateur entrevoir un énorme paquebot dans la lagune.

Le message de Bansky aux organisateurs de la biénnale

Banksy a également tenu à faire passer un message aux organisateurs de la biénnale, dont la 58e édition bat actuellement son plein. “Bien qu’étant l’évènement artistique le plus grand et le plus prestigieux au monde, je n’ai jamais été invité pour une raison quelconque”, glisse-t-il sous la vidéo.

Banksy aurait par ailleurs laissé une trace de son passage au pied d’une maison de la ville, un pochoir illustrant un enfant brandissant une fusée de détresse à fumée rose. L’artiste n’a pas révendiqué la paternité de cette oeuvre.