Didier Raoult  est l’un des experts mondiaux en matière de maladies infectieuses et tropicales, à la tête de l’Institut hospitalo-universitaire (IHU) Méditerranée Infection à Marseille depuis 2011.
Plein écran
Didier Raoult est l’un des experts mondiaux en matière de maladies infectieuses et tropicales, à la tête de l’Institut hospitalo-universitaire (IHU) Méditerranée Infection à Marseille depuis 2011. © AFP

Qui est Didier Raoult, le professeur atypique qui vante la chloroquine face au coronavirus?

Atypique et anticonformiste, le professeur Didier Raoult défend bec et ongles la chloroquine comme traitement, dans la presse et dans des vidéos très partagées sur internet. Le scientifique est critiqué par beaucoup de ses confrères pour sa prise de position et sa méthode utilisée. Mais qu’importe, l’infectiologue ultra-optimiste n’est pas là pour plaire à tout le monde.

Il se décrit comme “une star mondiale”. Le nom de Didier Raoult est sur toutes les lèvres depuis quelques jours dans la lutte contre la pandémie du coronavirus. Certains le considèrent comme un porteur d’espoir légitime, une sorte de génie incompris, d’autres sont beaucoup plus sceptiques sur sa vision optimiste du coronavirus et de son traitement.

Derrière sa longue chevelure grisonnante et son allure fantasque de vieux druide, le professeur de 68 ans est l’un des experts mondiaux en matière de maladies infectieuses et tropicales, à la tête de l’Institut hospitalo-universitaire (IHU) Méditerranée Infection à Marseille depuis 2011. Il détonne aussi parmi les 11 membres du conseil scientifique Covid-19 auprès du gouvernement.

Sa démarche contre le coronavirus

Concrètement, Didier Raoult avait déjà fait parler de lui quelques semaines après l’apparition du coronavirus en Chine. Début février, il avait estimé que le Covid-19 n’était “pas si méchant” et avait (déjà) défendu l’usage de la chloroquine contre la maladie. Cette banale molécule, utilisée depuis 75 ans contre le paludisme, serait l’arme principale pour annihiler ce qui était alors une épidémie.

Maintenant que le virus s’est propagé à grande vitesse en Europe et dans le monde, devenant une pandémie, le professeur persiste et signe. Il en est sûr, le traitement est efficace pour soigner le coronavirus. D’ailleurs, il a traité 24 patients à l’IHU Méditerranée Infection avec de l’hydroxychloroquine. Résultat: 75% présentaient une charge virale négative au bout de six jours, c’est-à-dire que le virus a disparu et que les patients n’étaient plus contagieux. Pour comparer, 90% des patients traités sans chloroquine, à Nice et Avignon, seraient encore contagieux au bout de cette même période.

La chloroquine vantée par Trump, des tests à foison à Marseille

Le président américain Donald Trump lui-même a vanté le recours à la chloroquine comme possible traitement pour le coronavirus, après les résultats en Chine et en France. “Nous allons pouvoir rendre ce médicament disponible quasiment immédiatement. C’est très excitant. Je pense que cela pourrait changer la donne. Ou peut-être pas. Mais d’après ce que j’ai vu, cela pourrait être le cas”, a-t-il déclaré. L’organisme fédéral qui supervise la commercialisation des médicaments aux États-Unis, a un peu tempéré l’enthousiasme présidentiel en soulignant que le traitement n’avait pas été approuvé pour le coronavirus.

De son côté, porté par son élan, l’équipe de Raoult a annoncé dimanche son intention d’administrer dorénavant à “tous les patients infectés” de l’hydroxychloroquine et de l’azithromycine. “Nous avons aussi décidé, pour tous les malades fébriles qui viennent nous consulter, de pratiquer les tests pour le diagnostic d’infection à Covid-19", expliquait le communiqué. Résultat, dès lundi matin, une longue file d’attente s’étirait devant l’hôpital de la Timone à Marseille. Le traitement est aussi notamment dispensé au CHU de Nice avec le consentement des familles, selon le maire Christian Estrosi, lui-même traité par chloroquine.

File d’attente devant la Timone, lundi matin
Plein écran
File d’attente devant la Timone, lundi matin © EPA

Prudence, effets secondaires et avis du gouvernement

Malgré ces résultats encourageants, le spécialiste s’est attiré de nombreuses critiques d’autres scientifiques, qui appellent à prendre cette piste avec prudence, faute d’études cliniques faites selon les protocoles méthodologiques stricts et publiées dans une revue scientifique.

La communauté scientifique est donc divisée en deux. En France, le ministre de la Santé Olivier Véran a indiqué lundi qu’il s’apprêtait à autoriser le traitement par hydroxychloroquine, mais uniquement pour les formes graves et dans un cadre hospitalier “sur décision collégiale des médecins” et a promis un arrêté sur le sujet.

Des professeurs mettent aussi en garde contre les effets indésirables du médicament. Jean-Paul Giroud, l’un des spécialistes les plus reconnus en pharmacologie et membre de l’Académie nationale de Médecine, en a listé plusieurs: “Affections du système immunitaire, affections gastro-intestinales, nausées, vomissements, des troubles au niveau hépatique, voire hématologique”, rapporte LCI.

Citation

Je me fous de ce que pensent les autres. Je ne suis pas un outsider, je suis celui qui est le plus en avance

Didier Raoult

Didier Raoult est loin de renoncer devant ceux qui mettent en doute ses travaux. “De petits marquis parisiens”, a-t-il balayé d’un revers de main. Il faut dire que le professeur est habitué à être clivant. “Je me fous de ce que pensent les autres. Je ne suis pas un outsider, je suis celui qui est le plus en avance. Dans mon monde, je suis une star mondiale, je ne suis pas du tout à contre-courant. Je fais de la science, pas de la politique. Les maladies infectieuses, ce n’est pas très compliqué, c’est diagnostic et traitement”, expliquait-il samedi dans les colonnes de La Provence.

Surnommé le “pêcheur de microbes”, Didier Raoult collectionne bactéries et virus, et en possède plus de 3.000 parmi les plus dangereux au monde. Il a décrypté le génome de la bactérie causant la maladie de Whipple, près d’un siècle après l’apparition de cette pathologie infectieuse. Il a découvert Mimivirus, un virus géant qu’il a identifié en 1992, et Spoutnik, un virus nain capable d’infecter d’autres virus pour prospérer.

Didier Raoult collectionne bactéries et virus, et en possède plus de 3000 parmi les plus dangereux au monde
Plein écran
Didier Raoult collectionne bactéries et virus, et en possède plus de 3000 parmi les plus dangereux au monde © AFP

Ses prises de position tranchées, sur tous les sujets, lui ont permis de se faire un nom. Sa dénonciation de l’interdiction du port du voile à l’université en 2016 et ses doutes face au réchauffement climatique et aux modèles mathématiques catastrophistes, qui ne seraient selon lui qu’une forme moderne de “divination”, ont notamment marqué les esprits.

Le coronavirus n’a pas dérogé à la règle. Didier Raoult a le mérite de rester fidèle à ses opinions. “Ce n’est pas moi qui suis bizarre, ce sont les gens qui sont ignorants”, estime-t-il dans La Provence. L’avenir nous dira si son cheval de bataille était le bon.

  1. Le dérapage du préfet de police de Paris: “Les patients en réanimation n’ont pas respecté le confinement”
    Play

    Le dérapage du préfet de police de Paris: “Les patients en réanimati­on n’ont pas respecté le confine­ment”

    Ce vendredi, le préfet de police de Paris a tenu un point presse à l’aube du début des vacances de Pâques. Mais lors de son intervention, Didier Lallement a tenu des propos chocs en estimant que les personnes hospitalisées en réanimation aujourd'hui étaient celles qui n’avaient pas respecté le confinement. Quelques heures plus tard, face à la polémique, il a regretté ses propos dans un communiqué.