Plein écran
Hadama Traoré © Capture d'écran

Qui est le militant qui appelle au soutien du tueur de la préfecture de police de Paris?

Hadama Traoré voulait organiser un rassemblement en soutien à Mickaël Harpon, le tueur de la préfecture de police de Paris. 

Plein écran
Mickaël Harpon © AFP

Hadama Traoré, 34 ans, est un militant associatif, un “gars de quartier”, “porte-parole” de la “majorité silencieuse” et des banlieues. Ce père de famille d’origine malienne installé à Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis (Île-de-France), a cofondé le collectif citoyen “La Révolution est en marche” en 2017. 

“Mouvement d’éveil citoyen”

Le mouvement, composé d’une cinquantaine de personnes, se définit comme “une association d’éveil citoyen qui œuvre dans le domaine du civisme, de l’insertion et de la prévention”. Parallèlement, son association Force Citoyenne “accompagne des personnes sourdes ou malentendantes à faire valoir leurs droits” et à surmonter les “difficultés” de la vie quotidienne.

Hadama Traoré est également très actif sur les réseaux sociaux (voir ci-dessous) où ses vidéos dépassent régulièrement les centaines de milliers de vues, précise Le Parisien

Domaines de prédilection

Il dénonce régulièrement les mauvaises conditions de vie dans les banlieues, le clientélisme et les violences policières. Aux dernières élections européennes, il a été l’unique candidat issu des banlieues: “À Aulnay-sous-Bois, son mouvement a fait 2,31 % des voix, soit 356 voix. Dans son quartier d’origine, ‘les 3.000', il est arrivé premier”, relate Le Parisien. Il défend “vouloir réveiller la conscience des quartiers” pour “mettre en place une politique locale et nationale qui ne stigmatise plus les quartiers populaires”. 

Harpon n’était pas un terroriste, selon lui

Mardi, sur sa page Facebook, Hadama Traoré prétendait que Mickaël Harpon n’était “pas un terroriste ni un extrémiste religieux”. Il appelait la presse et le monde politique à cesser “la désinformation médiatique”. Il invitait en outre ses abonnés à manifester devant la mairie de Gonesse ce jeudi 10 octobre pour “rendre hommage aux policiers assassinés”, “dénoncer la désinformation médiatique et politique” et “exiger la vérité”. 

Le rassemblement a finalement été interdit

“Il était discriminé dans son travail”

Dans une seconde publication au ton moins menaçant, Hadama Traoré défend une autre version des faits que la thèse officielle. Selon lui, l’auteur de ce quadruple meurtre souffrait d'un “mal-être au travail” où il était “moqué par ses collègues”: “Il était discriminé dans son travail parce qu’il était sourd”, souligne-t-il. “C’est pourquoi il a craqué”, conclut-il tout en rappelant que “les actes commis par Mickaël Harpon restent “irréparables”, “atroces” et “indéfendables”. Il présente en outre ses “sincères condoléances aux familles des victimes”.

Plein écran
© EPA