Plein écran
Illustration.

Rapt parental: un père retrouve ses enfants au bout de six ans

Dany Laurent est le plus heureux des pères. Ses deux enfants de douze et neuf ans lui ont été rendus, six ans après avoir été emmenés de force en Iran par leur mère. Un récit à lire sur Le Monde.

C'est l'histoire d'un père, exemple de courage qui, au bout d'un combat long de six ans et demi, est parvenu à obtenir ce que plus personne n'espérait. Le retour de ses enfants, Diane et Etienne, 12 et 9 ans.

L'abnégation de ce quinquagénaire a fini par payer. Même si cela n'a pas été de tout repos avec Fatemeh, une enseignante iranienne rencontrée en France durant l'été 1999 où elle était venue étudier. Trois ans plus tard, le couple, qui a eu entre-temps deux enfants, se sépare. Accusé de violence et d'attouchements sexuels par son ex-compagne, Dany bénéficie d'un non-lieu 2004 et obtient la garde partielle de ses enfants.  Face au refus de Fatemeh, les enfants sont placés par la justice en 2005. Trois mois plus tard, un retour progressif des enfants chez leur père est acté. La mère, de son côté, obtient un droit de visite sans surveillance dont elle va profiter pour commettre un rapt méticuleusement préparé depuis quelques mois. En dépit d'une interdiction de quitter le territoire, elle rejoint Genève en voiture et décolle vers l'Iran.

Ancien prisonnier en Irak
S'en suivent des mois d'inaction en dépit d'un mandat d'arrêt d'Interpol transmis en Iran. En pleine crise du nucléaire, les relations diplomatiques entre les deux pays sont tendues. Pas question d'envenimer la situation.  Jacques Chirac ignore sa lettre. Nicolas Sarkozy lui témoigne son soutien. Le consulat de France à Téhéran l'héberge. Dany Laurent effectue des aller-retour entre la France et l'Iran, apprend la langue et la culture iranienne. Il épuise ses économies. Est désespéré. Jusqu'à un coup de téléphone inattendu qui lui annonce que ses enfants ont été localisés.  Sa chance? Être tombé sur un haut-magistrat du tribunal de Karaj (banlieue de Téhéran).  "J'ai eu affaire à des juges plus humains et consciencieux que certains juges français...", glisse-t-il dans les colonnes du quotidien. Ce juge va tout faire pour l'aider. "Vous n'êtes pas musulman, mais moi, quand j'étais prisonnier en Irak, j'ai eu la vie sauve grâce à un médecin irakien chrétien, lui confie alors le juge. Vous êtes un être humain, un père qui cherche ses enfants, je vais faire mon travail", lui dit-il.

Fatemeh est condamnée en février 2012. Des lignes téléphoniques sont mises sur écoute. Afin d'éviter toute complication (la loi musulmane interdit de confier des enfants musulmans à un non-musulman), Dany se convertit à l'islam. Son ex-femme est finalement arrêtée. Pourtant, le juge lui conseille d'abandonner les poursuites. Et Dany l'invite même à venir rendre visite aux enfants. "Elle a fait ce qu'elle pouvait pour que leur départ se passe bien. Elle les aime vraiment maintenant". Il se satisfait de les voir parler français, éveillés à la mathématique, la danse et l'équitation. Pourtant, l'enseignant sait qu'il va falloir un certain temps pour tisser les liens avec ses deux enfants. "Je savais que ne serait pas facile. Je vois la difficulté pour eux de la séparation d'avec leur mère. Avant ils étaient joyeux comme tout, je les retrouve qui souffrent par mon fait". Une reconstruction dans laquelle il souhaite impliquer la maman. Malgré tout.