Plein écran
Opération de la gendarmerie au "Col de Marocaz", le 29 mars. © afp

Révélations dans l'affaire Nordahl Lelandais

La gendarmerie française travaille actuellement sur 40 dossiers de disparitions et de crimes non élucidés, qui pourraient présenter des liens avec le meurtrier présumé Nordahl Lelandais. La "cellule Ariane" a spécialement été créée pour l'occasion, en janvier 2008.

Toutes les personnes concernées par les dossiers de la cellule Ariane ont disparues ou ont été tuées dans la région Auvergne-Rhônes-Alpes. On retrouve parmi eux Éric Foray, disparu après être allé faire des courses, en 2016. Il y a aussi le jeune Stéphane Chemin, qui souffre de schizophrénie. Le journal Le Parisien révèle plusieurs noms, notamment: Jean-Christophe Morin, Hugo Raffi, Edwige Ukundirwase ou encore Lucie Roux. Cinq d'entre eux sont morts de manière suspecte. La plupart avaient moins de 40 ans.

Des liens possibles avec le meurtrier présumé de la petite Maëlys
Des membres de la gendarmerie ont déclaré: "Rien ne dit qu'il était sur les lieux, mais rien ne dit qu'il n'y était pas" ou encore, "Il y a des interrogations, parfois grosses, sur certains dossiers. Mais à ce jour, aucun élément ne permet de l'impliquer et il est possible qu'aucune preuve ne soit trouvée".

Le choix des cas non élucidés
Le choix des dossiers s'est inspiré du parcours de Nordahl Lelandais et de son emploi du temps durant ces dernières années. Le tracé a été rendu possible avec des relevés des comptes bancaires et des analyses des factures téléphoniques. On sait aujourd'hui que le cas d'un jeune garçon de dix-huit ans, disparu après une sortie dans un club de Chamberry, en 2014, intéresse la police. Le cas d'Adrien Fiorello, un jeune homosexuel disparu en 2010 figure, lui, parmi les cas prioritaires. Retenons aussi le cas de Thomas Rauschkolb, ce jeune homme retrouvé mort dans une rivière, après une sortie en boite de nuit.

Un profil précis
Nordahl Lelandais a, par de nombreuses fois, troublé les enquêteurs. Il adopte facilement le comportement d'un meurtrier expérimenté, en coupant son téléphone durant plusieurs heures, puis, à d'autres moments, il commet des erreurs en cherchant, à découvert, des informations sur la décomposition des corps.