Plein écran
© AFP

Sa fête d’anniversaire fait exploser les cas de coronavirus

Une fête d’anniversaire organisée à Westport dans le Connecticut le 5 mars dernier a tourné au cauchemar. Une femme célébrait ses 40 ans et avait invité une cinquantaine de personnes à les fêter avec elle. Une fois la soirée terminée, chacun a repris le chemin de la maison: certains vivaient à New York, l’un à Johannesburg, les autres dans différents États américains. Les convives ont ramené le coronavirus chez eux.

L’invité de Johannesburg est tombé malade lors du vol retour. Il a propagé le virus dans l’avion mais également dans son pays. Trois jours après la fête, Julie Endich, l’une des invitées, s’est réveillée avec une fièvre impossible et une “douleur, une oppression, une lourdeur comme si quelqu’un était debout sur ma poitrine”. Elle a appris qu’elle était infectée par le coronavirus le 12 mars.

Le jour de cette petite sauterie, Westport ne recensait aucun cas de coronavirus. Onze jours plus tard, la ville en comptait 85. Ce lundi, le gouverneur du Connecticut, Ned Lamont, a déclaré que 415 personnes étaient infectées dans son État. La soirée d’anniversaire de Westport est ce qu’on peut appeler “un événement de super-diffusion” selon l’éminent professeur de Harvard William Hanage. 

  1. Le dérapage du préfet de police de Paris: “Les patients en réanimation n’ont pas respecté le confinement”
    Play

    Le dérapage du préfet de police de Paris: “Les patients en réanimati­on n’ont pas respecté le confine­ment”

    Ce vendredi, le préfet de police de Paris a tenu un point presse à l’aube du début des vacances de Pâques. Mais lors de son intervention, Didier Lallement a tenu des propos chocs en estimant que les personnes hospitalisées en réanimation aujourd'hui étaient celles qui n’avaient pas respecté le confinement. Quelques heures plus tard, face à la polémique, il a regretté ses propos dans un communiqué.