Salvini juge risibles les critiques de l'ONU: “Cela prête à rire”

Le ministre italien de l'Intérieur Matteo Salvini a jugé dimanche risibles les critiques du Haut-Commissariat aux droits de l'Homme (HCDH) de l'ONU contre un projet visant à durcir la législation anti-migratoire en Italie.

L'ONU, "un organisme international qui coûte des milliards d'euros aux contribuables, qui a comme membres la Corée du Nord et la Turquie, et qui vient faire la morale sur les droits de l'Homme à l'Italie? (...) Cela prête à rire", a commenté dimanche M. Salvini, également vice-Premier ministre et chef de la Ligue (extrême-droite).

Un projet de décret-loi qui sera soumis lundi en conseil des ministres propose de donner au ministre de l'Intérieur le pouvoir d'interdire les eaux territoriales italiennes à un navire pour des raisons d'ordre public.

Le texte prévoit aussi une amende de 3.500 à 5.500 euros par migrant arrivé en Italie pour tout navire de secours n'ayant pas respecté les consignes des garde-côtes compétents dans la zone où il serait intervenu.
Dans sa lettre envoyée au ministère italien des Affaires étrangères, le HCDH demande à l'Italie de ne pas approuver ce nouveau décret-loi.

Dimanche, un navire affrété par l'ONG allemande Sea-Watch battant pavillon néerlandais, avec 47 migrants à son bord, stationnait tout près de l'île italienne de Lampedusa, au sud de la Sicile, sans être autorisé à entrer dans son port. M. Salvini a averti qu'il n'autoriserait en aucun cas son entrée.

Plein écran
Matteo Salvini, ministre italien de l’Intérieur. © EPA