Christophe Castaner
Plein écran
Christophe Castaner © Photo News

#signaletonmusulman, le hashstag qui se moque des propos de Christophe Castaner

Christophe Castaner a jugé jeudi, "méprisables", les railleries ou traits d'ironie après ses propos tenus mardi, devant l'Assemblée nationale, sur les signes susceptibles de témoigner d'une radicalisation parmi les agents des forces de sécurité. 

"Certains ont glosé ou fait de l'humour. Je trouve ça méprisable", a estimé le ministre de l'Intérieur auditionné par la commission des Lois du Sénat.

Les propos de Castaner tournés en dérision

M. Castaner fait notamment référence au hastag #Signaletonmusulman popularisé sur le réseau social Twitter après les propos mardi, du chef de l'Etat à la préfecture de police de Paris puis ceux qu'il a pu tenir lors de son audition devant la commission des Lois de l'Assemblée nationale, après la tuerie de la préfecture de la police de Paris. 

"Quand j'ai donné la liste de ce qui peut permettre d'identifier une radicalisation, notamment vers un islam radical, un islam politique, le terrorisme, un certain nombre de personnes se sont moquées en reprenant un par un (...), chacun ici, sait que personne ne fait de lien entre la religion musulmane et le terrorisme, ni même entre la religion musulmane, la radicalisation et le terrorisme", a expliqué Christophe Castaner. "Mais cela peut arriver. Le nier c'est mentir aux Français", a ajouté Christophe Castaner.

Liste des signes potentiellement inquiétants

Pour le ministre, ces signes ne sont pas nécessairement synonymes de radicalisation mais "des éléments qui après analyse, peuvent caractériser la radicalisation", a-t-il complété.  

“Une pratique religieuse rigoriste, particulièrement exacerbée en matière de ramadan, c’est un signe qui doit permettre de déclencher une alerte sur ses sujets”, avait estimé Christophe Castaner devant l’Assemblée Nationale, avant d’énumérer les différents éléments pouvant montrer une radicalisation religieuse: “un changement de comportement dans l’entourage, le port de la barbe, qu’il fasse la bise ou qu’il ne la fasse plus (...) Est-ce que l’individu accepte de faire équipe avec une femme ou pas? Est ce qu’il a une pratique régulière ou ostentatoire de la prière rituelle”.

“Les policiers doivent dénoncer pour protéger les Français”

Face aux sénateurs de la commission des Lois, Christophe Castaner a en outre martelé qu'il considérait "de la responsabilité d'un policier ou d'un gendarme d'assumer la dénonciation d'un phénomène de radicalisation qu'il constaterait".
"Pour moi ce n'est pas négociable. Ça fait partie de leur missions. Ils doivent protéger les Français, leurs collègues et je refuse qu'ils m'opposent une réserve sur ce sujet-là", a déclaré le ministre.

Mickaël Harpon, agent administratif au sein de la direction du renseignement de la préfecture de police de Paris (DRPP) a tué quatre fonctionnaires, le 3 octobre. Il a été présenté par la justice antiterroriste puis par les autorités politiques comme un homme adhérant à l'islam radical. Selon un rapport de la DRPP, des signaux qui auraient pu alerter sur son éventuelle radicalisation n'ont pas fait l'objet de signalement administratif en 2015.

Plein écran
© Photo News
  1. Christian Brückner épiait-il Maddie? Le même “blond suspect” repéré quatre fois près de la résidence

    Christian Brückner épiait-il Maddie? Le même “blond suspect” repéré quatre fois près de la résidence

    Christian Brückner, le nouveau suspect principal de l’enquête sur la disparition Madeleine McCann, a probablement épié durant plusieurs jours l’appartement occupé par la famille McCann à l’Ocean Club de Praia da Luz, dans l’Algarve. C’est en tout cas la conclusion de The Sun et du Daily Mail à la lecture des déclarations des différents témoins. Depuis la diffusion du portrait du suspect principal, les quotidiens britanniques, qui ont évidemment suivi le dossier Maddie depuis la première heure, voient en lui le fameux “blond louche” décrit par de nombreux témoins à l’époque de la disparition de la fillette en 2007. L’homme à l’attitude patibulaire n’avait jamais été retrouvé.
  2. Accord sur la réouverture des frontières intérieures de l’UE à partir du 15 juin, excepté en Espagne
    Mise à jour

    Accord sur la réouvertu­re des frontières intérieu­res de l’UE à partir du 15 juin, excepté en Espagne

    “Un accord a été conclu avec la plupart des pays de l’espace Schengen pour rouvrir les frontières intérieures (de l’UE) à partir du 15 juin”, a tweeté Pieter De Crem, ministre de l’Intérieur, à l’issue de la réunion de l’Union européenne. Seule l’Espagne n’ouvrira pas ses frontières avant le 1er juillet. ‘Il convient de s’informer via les Affaires étrangères pour obtenir les informations exactes par pays”, a-t-il également recommandé.