Plein écran
Manifestation des employés de la SNCF (Paris, 12 juin) © afp

SNCF: la grève reconduite malgré l'appel de Hollande

UpdateA trois jours du Bac, le président Hollande est monté au créneau vendredi pour appeler les cheminots à "arrêter" leur grève, mais ceux-ci ont décidé malgré tout de poursuivre le mouvement pour protester contre la réforme ferroviaire. La grève a été reconduite "dans une large majorité pour 24h" par les agents de la SNCF réunis en assemblées générales, a annoncé à l'AFP la CGT-Cheminots.

Plein écran
© reuters
Plein écran
© afp
Plein écran
© afp
Plein écran
© reuters
Plein écran
© afp

Le président François Hollande avait appelé dans la matinée à "arrêter" le conflit, mettant en garde contre des "conséquences dommageables" pour les épreuves du baccalauréat. Le Premier ministre Manuel Valls est lui aussi intervenu par la suite pour dire qu'il n'y avait "aucune raison" que la grève se poursuive.

"Amplifier le mouvement"
Les espoirs d'une fin de conflit s'étaient amenuisés dès jeudi soir après l'appel de la CGT-Cheminots et de SUD-Rail à "poursuivre et amplifier le mouvement". Au troisième jour de grève, la SNCF a fait état d'un taux de participation de 17,49%, en baisse de 10 points par rapport au premier jour. La circulation ferroviaire était "sensiblement améliorée" vendredi, selon le groupe, notamment pour les TGV et les Intercités, avec un trafic supérieur à un train sur deux en moyenne sur les grandes lignes.

Baccalauréat
Mais la situation restait compliquée pour les usagers. Pour une partie des 687.000 candidats qui plancheront lundi sur l'épreuve de philosophie, première étape d'un marathon de six jours d'épreuves, les déplacements pourraient être compliqués. Le secrétaire d'Etat aux Transports, Frédéric Cuvillier a lui même estimé que la journée du Bac était "menacée".

Dispositions
En conséquence, le ministre de l'Education nationale Benoît Hamon a pris des dispositions pour que les candidats qui seraient en retard d'une heure puissent composer une heure de plus. La grève, "ça rajoute de la fatigue et du stress" a déploré auprès de l'AFP Cédric Öcel, 18 ans, qui habite à Aulnay-sous-Bois et passe le bac dans le Xe arrondissement de Paris, où il est inscrit dans un lycée privé.

Désaccord
M. Cuvillier avait pourtant fait état jeudi d'"une avancée sensible" lors des longues discussions menées avec les syndicats mercredi et jeudi. Cependant, après avoir examiné les propositions du gouvernement, la CGT et SUD-Rail ont jugé que "le projet de loi demeure fortement néfaste pour le service public SNCF et les cheminots". Ils réclament un report du passage du texte à l'Assemblée, à partir du 17 juin.

Projet contesté
Destiné à stabiliser la dette du secteur ferroviaire (44 milliards d'euros) et à préparer son ouverture totale à la concurrence, le projet prévoit de regrouper la SNCF et Réseau ferré de France (RFF), qui gère le réseau. Mais pour la CGT et SUD-Rail, cette réforme ne règle pas le problème de l'endettement et ne va pas assez loin dans la réunification des deux entreprises, séparées en 1997, qui resteront deux entités indépendantes. Ils craignent que le financement futur du réseau soit fait "sur le dos des cheminots", par des gains de productivité et suppressions d'emploi.

Un syndicat lève le préavis de grève
L'Unsa, qui ne participe pas à la grève, avait de son côté salué jeudi "de réelles avancées". Elle a levé vendredi le préavis de grève qu'elle avait déposé pour le 17 et signé un accord avec le gouvernement sur la base des propositions faites par M. Cuvillier, tout comme la CFDT, pour qui la "réforme doit voir le jour".

"Pas de report"
M. Cuvillier a de nouveau exclu vendredi tout report: "le débat aura lieu la semaine prochaine, quoi qu'il en soit" car "si nous ne faisons pas cette réforme, c'est l'ensemble du ferroviaire qui s'effondre", a-t-il dit sur France Info.

En pratique
Selon la SNCF, deux TGV Est sur trois devaient rouler, un sur deux sur les axes Nord et Atlantique et un sur trois sur les axes Sud-Est et province-province. Quatre Intercités sur dix devaient circuler en moyenne contre trois sur dix jeudi et un TER sur deux en moyenne. La circulation des Eurostar et des Thalys devait être normale. En Ile-de-France, où transitent 3 millions d'usagers chaque jour, le trafic devait être de quatre trains sur dix en moyenne avec une amélioration pour le RER C où un train sur deux était prévu contre un sur trois jeudi. Seul le RER A connaissait un service normal.