Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission Européenne, et Charles Michel, le président du Conseil européen
Plein écran
Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission Européenne, et Charles Michel, le président du Conseil européen © AFP

Sofagate: accusé de sexisme, Charles Michel se défend: “Je suis doublement peiné”

C'est assurément l'affaire qui agite la sphère européenne depuis deux jours. Un affront infligé à la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, placée mardi par le protocole en retrait sur un divan lors de la réunion des présidents des institutions de l’UE avec le président turc Recep Tayyip Erdogan à Ankara, a provoqué une polémique et beaucoup de ressentiment à Bruxelles. Outre le président turc, Charles Michel en a pris pour son grade et a été obligé de publier un long message sur Facebook pour se défendre de tout sexisme. Mais le mal est fait. En termes d’image, le résultat est abominable pour Charles Michel”, a reconnu un responsable européen.

  1. Gaffe d’Erdogan ou humiliation volontaire? La visite d’Ursula von der Leyen alimente le débat
    Mise à jour

    Gaffe d’Erdogan ou humiliati­on volontaire? La visite d’Ursula von der Leyen alimente le débat

    Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne, et Charles Michel, président du Conseil européen, ont été reçus par Recep Tayyip Erdogan, ce mardi à Ankara. Une visite officielle organisée pour tenter de relancer une relation fragilisée entre l’Union européenne et son partenaire. Mais “l’affaire de la chaise” a éclipsé les débats: une gaffe du président turc ou une humiliation volontaire infligée à son homologue européenne? Charles Michel n’est pas épargné non plus par la polémique. Explications.