Plein écran
Le massif des Ecrins.

Trois alpinistes introuvables depuis dimanche

Les trois alpinistes italiens bloqués depuis dimanche dans le massif des Écrins n'avaient toujours pas été localisés mercredi soir, les recherches s'avérant très difficiles en raison d'importantes chutes de neige, a indiqué la gendarmerie.

"Quatre secouristes équipés de deux motoneiges sont montés à deux reprises au refuge Cézanne (1.874 mètres). Mais ils n'ont pas relevé de signe de présence des trois alpinistes", a déclaré le capitaine Nicolas Colombani, du peloton de gendarmerie de haute montagne de Briançon (Hautes-Alpes).

En outre, une caravane de trois gendarmes l'Isère est montée en ski au refuge du Carrelet (1.909 mètres), sur le versant isérois du massif.

Ils n'ont pas pu aller plus loin en raison d'un important risque d'avalanche.

Ces secouristes tentaient de rejoindre le refuge de Temple Écrins (2.410 mètres) où pourraient se trouver les alpinistes en perdition.

Selon les témoignages de leurs proches et les géolocalisations de leurs téléphones portables, les alpinistes italiens pourraient en effet être redescendus par le glacier du vallon de la Pilatte, du côté isérois du massif.

Le plafond nuageux très bas a rendu impossible toute intervention en hélicoptère mercredi.

Leur survie dépend des décisions prises
La survie des trois alpinistes "dépend des décisions qu'ils ont prises", selon le capitaine Colombani. "On peut très bien rester dans un abri sous la neige plusieurs jours sans manger car on est isolé du froid", a-t-il expliqué.

Les trois hommes ont un bon niveau technique car ils ont réalisé dimanche avec succès l'ascension de la barre des Écrins (4.102 mètres) par la goulotte Gabarrou-Marsigny, une voie glaciaire de 1.250 mètres de long cotée "extrêmement difficile". Originaires du nord de l'Italie, ils ont respectivement 31, 32 et 49 ans.