Plein écran
© epa

Trump: "Je ferai le discours sur l'état de l'Union quand le shutdown sera fini"

La paralysie politique à Washington a contraint Donald Trump à reporter sine die le discours présidentiel sur l'état de l'Union, sans solution en vue pour sortir le pays du "shutdown" le plus long de l'histoire. "Je ferai le discours quand le shutdown sera fini. Je ne recherche pas d'autre enceinte pour le discours sur l'état de l'Union parce qu'il n'y en a aucune qui puisse rivaliser avec l'histoire, la tradition et l'importance de la Chambre des représentants", a-t-il écrit sur Twitter mercredi en fin de soirée. D'après lui, ce "grand" discours sera prononcé "dans un futur proche".

Cependant, le conflit entre républicains et démocrates qui prive de budget une partie des administrations fédérales semble toujours insoluble. Le Sénat américain doit voter jeudi sur deux textes concurrents pour tenter, chacun à leur manière, de sortir de l'impasse, sans que ni Donald Trump, ni l'opposition ne s'avouent prêts à céder.

Budgets bloqués
Au coeur de ce conflit qui dure depuis plus d'un mois: le mur que veut Donald Trump à la frontière avec le Mexique. Il réclame pour l'ériger plus de cinq milliards de dollars. Mais les démocrates, vent debout contre ce projet, refusent de signer un compromis budgétaire sur cette base. Faute d'accord, les budgets de certaines administrations sont bloqués depuis le 22 décembre. Quelque 800.000 employés fédéraux se retrouvent soit au chômage forcé, soit à travailler sans solde si leurs emplois sont jugés essentiels.

La proposition républicaine assure un financement du gouvernement jusqu'en septembre et intègre l'enveloppe pour le mur, ainsi qu'une concession accordée samedi par M. Trump: un sursis de trois ans pour un million d'immigrants directement menacés d'expulsion.

Le texte démocrate ne contient pas de budget pour le mur. Il propose la réouverture des administrations jusqu'au 8 février, et promet de relancer le débat sur la sécurité aux frontières une fois le "shutdown" levé.

Pour être approuvés, ces amendements doivent obtenir 60 voix au Sénat, où les républicains détiennent 53 des 100 sièges. En l'état, il semble probable qu'aucun des deux groupes ne parviendra à rallier suffisamment de voix dissidentes. Tout texte devrait ensuite franchir la Chambre des représentants, aux mains des démocrates.

  1. Emmanuel Macron "fera le maximum" pour éviter une escalade entre les Etats-Unis et l’Iran

    Emmanuel Macron "fera le maximum" pour éviter une escalade entre les E­tats-Unis et l’Iran

    Le président français Emmanuel Macron a promis jeudi à Tokyo qu'il ferait "le maximum" dans les prochains jours pour "éviter une escalade militaire" entre l'Iran et les Etats-Unis. "On fera le maximum" pour que "personne ne commette l'irréparable", a-t-il déclaré à la presse au deuxième jour de sa visite au Japon. "Il est essentiel aujourd'hui que l'ensemble des acteurs diminuent la tension", a-t-il ajouté.