Trump se défend après le rapport Mueller: "J'aurais pu virer tout le monde"

UpdateDonald Trump affirme que l'ingérence russe n'a "pas changé" l'issue de la présidentielle 2016, en réaction à la publication de conclusions de l'enquête du procureur spécial Robert Mueller. Le président s'est aussi défendu d'avoir voulu limoger le procureur spécial Robert Mueller, chargé de cette épineuse enquête.

"Tout ce que les Russes ont fait concernant l'élection de 2016 a été fait lorsqu'Obama était président. Il en a été informé et n'a rien fait!", a tweeté M. Trump. "Plus important, cela n'a pas changé le vote", a-t-il ajouté, quelques heures après la publication des conclusions de l'enquête russe, qui a confirmé l'absence d'entente entre son équipe de campagne électorale et Moscou.

"Chasse aux sorcières"
"J'avais le pouvoir de mettre fin à toute cette chasse aux sorcières si je voulais. J'aurais pu virer tout le monde, même Mueller, si je voulais. J'ai choisi de ne pas le faire", a tweeté le président américain depuis son avion Air Force One, qui l'amène en Floride pour un long week-end.

"J'avais le DROIT d'utiliser mes prérogatives présidentielles. Je ne l'ai pas fait!", a-t-il ajouté.

Selon le rapport Mueller, publié jeudi, le président américain a "ordonné" en juin 2017 au chef des services juridiques de la Maison Blanche, Don McGahn, d'accuser Robert Mueller de "conflits d'intérêts" et de demander "sa révocation". En vain, puisque M. McGahn a refusé d'obtempérer.

Le procureur spécial, chargé d'enquêter sur une éventuelle collusion entre la campagne de Donald Trump et Moscou lors de l'élection présidentielle de 2016, était en poste depuis un mois. Il avait été nommé à la suite du licenciement du directeur du FBI, James Comey, par Donald Trump.

Trump dénonce des témoignages "montés de toutes pièces"

"Des allégations sont faites sur moi par certaines personnes dans le délirant rapport Mueller, lui-même écrit par 18 démocrates en colère enragés contre Trump, qui sont montées de toutes pièces et totalement fausses", a lancé M. Trump dans un tweet matinal. Certaines de ces allégations sont "des conneries absolues", a tempêté le président américain dans un autre tweet aux termes crus.

"Faites attention aux gens qui prennent des soi-disant 'notes' quand les notes n'ont jamais existé jusqu'à ce qu'ils en aient eu besoin", a-t-il ajouté. Le rapport Mueller cite comme source de certains de ses passages des notes prises par des responsables de ministères par exemple. "C'est une arnaque qui a commencé de manière illégale et qui n'aurait jamais dû se produire", a-t-il ajouté en référence à l'enquête.