Plein écran
© afp

Tuerie de Chevaline: la piste du motard écartée

Le mystérieux motard recherché depuis plus de deux ans après la tuerie de Chevaline, dans les Alpes françaises, n'était qu'un chef d'entreprise adepte de parapente, aperçu par hasard près du lieu où avaient été tuées quatre personnes dont un Britannique d'origine irakienne.

Plein écran
© afp

"C'est un chef d'entreprise" de la région "honorablement connu et au-dessus de tout soupçon, qui était venu faire du parapente et qui rentrait chez lui", a déclaré le procureur de la République à Annecy, Éric Maillaud.

Croisé par des agents de l'Office national des forêts (ONF), cet homme, portant le bouc et un casque noir, avait longtemps fait office de principal suspect dans cette affaire hors norme. Il se trouvait en effet sur une route de campagne près de Chevaline, hameau situé au sud du lac d'Annecy, entre 15H15 et 15H40 locales le 5 septembre 2012.

Soit presque au moment où ont été tués, de plusieurs balles dans la tête, Saad al-Hilli, Britannique d'origine irakienne de 50 ans, sa femme et sa belle-mère. Un cycliste de la région, probable victime collatérale, avait également été abattu. La fille aînée du couple al-Hilli, âgée de 7 ans, avait été grièvement blessée tandis que sa petite soeur de 4 ans, dissimulée sous les jambes de sa mère, s'en était miraculeusement sortie indemne.

Un casque très rare
Plus d'un an après la tuerie, en novembre 2013, la gendarmerie avait diffusé le portrait-robot du motard, mettant l'accent sur son casque, très rare, vendu à moins de 8.000 exemplaires dans ce modèle. Ce motard "est potentiellement l'auteur mais il est surtout un témoin", avait alors souligné l'un des enquêteurs.

Le fait que ce motard recherché depuis des mois ne se soit jamais présenté à eux laissait cependant planer de fortes suspicions quant à son éventuelle implication dans la tuerie. Une voiture 4X4 BMW X5 à conduite à droite, grise ou de couleur sombre, était aussi recherchée et avait fait l'objet d'un appel à témoins.

Une des hypothèses des enquêteurs était alors que la famille al-Hilli fût suivie par la BMW qui aurait alerté le motard. Celui-ci aurait profité d'un endroit isolé pour passer à l'acte.

Un policier interpellé puis mis hors de cause
Trois mois plus tard, en février 2014, un ancien policier municipal présentant une forte ressemblance avec le portrait-robot avait été interpellé, passant quatre jours en garde à vue, avant d'être mis hors de cause pour la tuerie.

Il avait été la seule personne inquiétée dans cette affaire avec le frère de Saad, Zaïd al-Hilli, 54 ans, interpellé le 24 juin 2013 au Royaume-Uni par les enquêteurs britanniques. iI a reconnu être en conflit avec son frère concernant l'héritage paternel, mais n'a eu de cesse de clamer son innocence. Il avait été remis en liberté conditionnelle dès le lendemain de son arrestation et son contrôle judiciaire a été levé en janvier 2014.

Les gendarmes sont finalement remontés au vrai motard en identifiant les 4.000 numéros de portable qui avaient déclenché l'un des relais de téléphonie mobile situés près du lieu du crime. Des images de vidéosurveillance ont permis de recouper ces investigations.

"On va lui demander de raviver ses souvenirs"
Interrogé par les juges d'instruction en février, l'homme a expliqué s'être rendu sur les bords du lac d'Annecy pour pratiquer le parapente. Les jours de beau temps, plusieurs centaines de parapentistes sautent du col de la Forclaz, non loin du lieu du crime.

L'homme avait ensuite récupéré sa moto, et avait été refoulé par des agents de l'ONF d'une route qui était interdite aux véhicules.

"Il dit qu'il n'a absolument rien vu (en rapport avec le crime, ndlr). Mais il doit être ré-entendu prochainement. On va lui demander de raviver ses souvenirs", a expliqué M. Maillaud.

Le procureur n'a pas souhaité donner plus de détails permettant d'identifier le témoin. L'homme, qui n'a pas de casier judiciaire, ne se serait jamais présenté aux gendarmes car "il n'a pas fait attention à tout le battage médiatique autour du motard", a précisé le magistrat.

Mais l'énorme dossier de Chevaline, aux milliers de pages, n'en paraît que plus insoluble.

  1. Il se filme à 308 km/h sur l’autoroute, la police l’arrête lors d'un enterrement
    Play

    Il se filme à 308 km/h sur l’autoroute, la police l’arrête lors d'un enterre­ment

    Un homme de 36 ans, qui s’était filmé dans son sa voiture alors qu’il roulait à 308 km/h sur une autoroute près de Johannesburg, a été arrêté le 26 janvier dernier lors d’un enterrement. Le ministre sud-africain des Transports, Fikile Mbalula, l’a lui-même signalé sur Twitter. L’automobiliste, Phumlile Ncube, a été libéré sous caution, mais devra de nouveau comparaître devant le tribunal le 13 mars prochain.