Plein écran
© EPA

Un compte actif sur vingt est faux sur Facebook

Facebook tente de répondre à la nette augmentation des tentatives de créations automatiques de comptes à des fins malveillantes mais estime qu'environ 5% des comptes actifs actuellement restent "faux", selon des chiffres publiés jeudi.

Le groupe a désactivé immédiatement, c'est-à-dire avant qu'ils ne deviennent actifs, 1,2 milliard de comptes au dernier trimestre 2018 et 2,2 milliards sur les trois premiers mois de 2019, "une hausse due aux attaques automatisées d'acteurs malveillant (cherchant à) créer de larges volumes de comptes en même temps", explique l'entreprise américaine.

Dans ce cas de figure, Facebook affirme les supprimer immédiatement: ils ne sont donc pas comptabilisés dans les comptes actifs. Selon Facebook, ces comptes là sont assez faciles à repérer et donc à supprimer avant qu'ils ne créent de "tort".

“Vagues de suppressions”

Le réseau social estime néanmoins que 5% des comptes actifs actuellement sur la plateforme sont "faux" sur un total de 2,4 milliards d'usagers mensuels actifs.

Les comptes "faux" peuvent par exemple servir à relayer des campagnes de désinformation à des fins de manipulation politique, un des sujets qui empoisonne Facebook depuis deux ans. Le groupe annonce régulièrement des vagues de suppressions de comptes actifs jugés "inauthentiques".

Le groupe a publié jeudi un rapport qui détaille les mesures prises par Facebook contre les "faux" comptes mais aussi les contenus qui enfreignent ses règles d'utilisation, comme la nudité, la violence, le sexe, le harcèlement, la promotion de la drogue ou des armes, l'apologie du terrorisme, etc.

  1. La Nasa a été piratée par un mini-ordinateur à 30 euros

    La Nasa a été piratée par un mi­ni-ordinateur à 30 euros

    Un hacker a infiltré le réseau informatique d'un centre de la Nasa l'an dernier, forçant l'agence spatiale américaine à déconnecter temporairement des systèmes de contrôle des vols spatiaux du centre affecté.L'attaque a commencé en avril 2018 et s'est poursuivie pendant près d'un an dans les réseaux du mythique Jet Propulsion Laboratory (JPL) à Pasadena en Californie, a révélé l'inspecteur général de la Nasa dans un rapport publié le 18 juin.