Plein écran
© AP

Un conseiller de Trump avait mis en garde dès janvier contre une grave pandémie

Un proche conseiller du président américain Donald Trump avait mis en garde dès fin janvier contre une pandémie de coronavirus qui pouvait coûter la vie à des centaines de milliers d'Américains, rapporte mardi la presse américaine. La population risquait de se retrouver "sans défense" face au virus, avait écrit ce conseiller, Peter Navarro, au conseil de sécurité de la Maison-Blanche. Donald Trump estimait encore début mars que le virus ne devait pas susciter l'inquiétude aux Etats-Unis.

"Ce manque de protection (ni immunité ni vaccin disponible, NDLR) augmente le risque que le coronavirus devienne une pandémie à part entière qui pourrait prendre la vie de millions Américains", d'après un mémo de M. Navarro daté du 29 janvier, cité par le New York Times. En cas de situation défavorable, plus d'un demi-million de personnes aux États-Unis pourraient subir les conséquences d'une telle épidémie, écrivait-il.

Dans un deuxième texte du 23 février, le conseiller affirmait que jusqu'à 100 millions d'Américains pourraient être contaminés au virus et 1,2 million pourraient en mourir. Peter Navarro évaluait les dommages économiques à plusieurs milliards de dollars. Un haut officiel a déclaré au New York Times que plusieurs membres du gouvernement avaient réagi de manière sceptique.

Aux États-Unis, 370.000 contaminations au nouveau coronavirus ont été recensées jusqu'ici. Plus de 11.000 personnes ont perdu la vie de la maladie Covid-19 qui en découle, selon les données de l'université Johns Hopkins.