Plein écran
Danny V.D.V vit depuis 20 ans en Thaïlande © DR

Un dealer belge risque l’exécution en Thaïlande: “Ici, il aurait à peine eu une amende”

Danny V.D.V., un Belge de 57 ans, risque une lourde peine d’emprisonnement voire même la peine de mort pour avoir dealé de la cocaïne en Thaïlande, où il est installé depuis longtemps. La famille et les amis du Belge s’inquiètent: “Une exécution? Allez, franchement! Ici, un dealer reçoit une amende, ou peut-être un bracelet électronique, quand même pas une injection létale!”.

La police thaïlandaise ne plaisante pas avec le trafic de drogue, et la présentation en grande pompe du suspect belge l’a bien démontré. Au cours d’une conférence de presse bondée, le quinquagénaire belge a été amené comme un trophée, des photos de lui de type “mugshot” de plus d’un mètre de haut imprimées et suspendues dans la salle. Danny V.D.V. aurait été confondu lors d’une opération policière “undercover” après un tuyau d'un indicateur sur la vente de drogue à des touristes. Un agent thaïlandais a ainsi passé commande auprès du Belge la semaine dernière et celui-ci aurait répondu favorablement à sa demande. Son arrestation a suivi et deux sachets de cocaïne ont été saisis. La quantité exacte de drogue en sa possession n’a pas été communiquée.

Plein écran
Présentation du suspect belge par la police © DR

Sin City

Danny V.D.V a déménagé en Thaïlande il y a 20 ans. Il y vend, rénove et loue des villas à des touristes, notamment dans la célèbre station balnéaire de Pattaya, plus connue pour son tourisme sexuel que ses plages d’où son surnom de Sin City ou Sex Capital. Le gouvernement thaïlandais s’attache cependant à assainir la zone car elle se passerait bien d’une telle réputation. À cette fin, des lois d’une extrême sévérité avec le trafic de drogue ont été votée et la prostitution y a été interdite.

Dans ce contexte, le sort du Belge est incertain. Le ministère belge des Affaires étrangères suit le dossier de près, mais sait aussi que la justice thaïlandaise est sans merci avec les trafiquants. “Que ce soit la possession ou la consommation de drogues, quelle que soit leur quantité, les peines sont très sévères. La perpétuité est possible, tout comme la peine de mort”. En Thaïlande, celle-ci est exécutée via une injection létale.

En Belgique, les proches de Danny V.D.V sont sous le choc. “Déjà, le fait qu’il soit dealer nous paraît très peu probable. Peut-être a-t-il hébergé des touristes qui lui ont demandé un ‘extra’ et il a été arrêté de cette manière? Nous n’en avons aucune idée. Si c’est vrai, bien sûr, il doit être puni. Mais la peine de mort? Allons! En Belgique il écoperait d’une amende, et dans le pire des cas d’un bracelet électronique. Pas d’une injection!”.

Conditions de vie déplorables

Dans l’attente de son procès, le Belge devra survivre à l’enfer des prisons thaïlandaises, où les conditions de vie sont dignes du Moyen-Âge, selon des témoignages de compatriotes en ayant fait l’expérience. Des dizaines d’hommes sont ainsi entassés dans des cellules de quelques dizaines de mètres carrés par des températures grimpant jusqu’à 40 degrés. La nourriture leur est donnée à travers les barreaux. L’eau qui leur est fournie traîne dans de vieux seaux de peinture.

“Morte d’inquiétude”, la famille de Danny V.D.V. ne sait que faire pour lui venir en aide. “Nous sommes en contact avec l’ambassade en Thaïlande, mais eux-mêmes ne savent rien”.