Plein écran
© AFP

Un député ukrainien surpris en pleine discussion avec une prostituée en session parlementaire

Un député du parti du président ukrainien était jeudi au centre d'un scandale après la publication de photos le montrant en train d'échanger par tchat avec une prostituée en pleine session parlementaire.

Un site ukrainien a publié mercredi des gros plans de l'écran du portable de Bogdan Iaremenko, un ex-diplomate de 48 ans, sur lesquelles on le voit demander les conditions d'un rendez-vous.

En réponse, une personne précise les types de prestations sexuelles qu'elle accepte et les tarifs : "100 dollars une heure. 150 dollars deux heures".

Les photos, selon ce site, ont été prises mardi lors d'une session du Parlement. Le député a dans un premier temps affirmé sur Facebook qu'il s'agissait d'une mise en scène. Puis il a supprimé ce texte et présenté ses excuses à son épouse et à ses enfants, de même qu'à son groupe parlementaire et au président Volodymyr Zelensky, évoquant un "acte irréfléchi".

La publication a provoqué un tollé dans l'hémicycle ukrainien, qui est dominé par le parti de M. Zelensky, un ancien comédien de 41 ans élu triomphalement à la présidence en avril.

Plusieurs élues de l'opposition ont réclamé jeudi la démission de M. Iaremenko du poste de chef de la commission parlementaire pour la politique extérieure.

Le groupe du parti présidentiel discutera de cet incident lors d'une réunion cette semaine, a indiqué son chef David Arakhamia.

  1. La photo de l’arrestation des “amants diaboliques”, 23 ans après les faits

    La photo de l’arrestation des “amants diaboli­ques”, 23 ans après les faits

    Nous vous l’annoncions hier, les “amants diaboliques” Hilde Van Acker et Jean-Claude Lacote ont été arrêtés en Côte d’Ivoire après 23 ans de cavale. Le couple était recherché depuis 1996 dans le cadre d’une exécution commise au Coq et figurait depuis 2016 sur la liste des suspects les plus recherchés. Une photo policière montre l’ancien couple juste après son arrestation: “Nous attendions ce moment depuis 23 ans”, réagit Martin Van Steenbrugge, commissaire à la police fédérale et à la tête de la Fugitive Active Search Team (FAST).