Plein écran
© AFP

Un éléphant squelettique forcé de défiler à un festival: “Personne ne voit les larmes dans ses yeux”

La maigreur squelettique d’un éléphant a provoqué un important tollé médiatique. L’animal a été forcé de participer à un spectacle annuel bouddhiste organisé au Sri Lanka.

Les images ont de quoi indigner. Tiriki, un éléphant âgé de 70 ans, apparaît le corps saillant et visiblement sous-alimenté. Pourtant, elle doit défiler lors d’un festival bouddhiste qui dure dix jours. Étant donné son piteux état, l’animal peut clairement y laisser sa vie. 

La fondation Save Elephant a exprimé son mécontentement dans un post Facebook. “Tikiri se joint au défilé tôt tous les soirs jusqu’à tard dans la nuit durant 10 nuits consécutives, au milieu du bruit, des feux d’artifice et de la fumée. Elle marche plusieurs kilomètres chaque nuit pour que les gens se sentent bénis pendant la cérémonie. Personne ne voit son corps osseux ou son état affaibli à cause de son costume. Personne ne voit les larmes dans ses yeux, blessés par les lumières brillantes qui ornent son masque. Personne ne voit sa difficulté à faire un pas alors que ses pattes sont menottées. Comment pouvons-nous appeler cela une bénédiction si nous faisons souffrir d’autres vies?”

“Il est sur le point de mourir”

La polémique enfle sur les réseaux sociaux, les défenseurs des animaux demandent aux organisateurs de retirer l’animal de la programmation. Finalement, le responsable déclare que les propriétaires de l’éléphant l’ont retiré pour les derniers jours de l’événement à cause de son ”état de santé”. “Tikiri est en cours de traitement”, ont-il précisé. 

L’expert des éléphants d’Asie, Jayantha Jayewardene, qualifie d’inhumain le traitement de Tikiri. “Il est évident que l’animal est gravement sous-alimenté, il est sur le point de mourir. Les propriétaires défilent sur leurs éléphants pour le prestige, pour eux-mêmes et non pour l’animal. Cela n’aurait jamais dû être permis”, a-t-il déclaré.

Le temple de la dent, le sanctuaire le plus saint du bouddhisme au Sri Lanka, organise ce festival annuel avec des tambours et des danseurs traditionnels ainsi que près de 100 éléphants apprivoisés. De nombreux riches Sri-Lankais considèrent les éléphants comme des animaux de compagnie, mais de nombreuses plaintes pour mauvais traitements et cruauté ont été déposées.

Plein écran
© AFP
Plein écran
© AFP