Plein écran
© Getty Images

Un facteur enterrait des milliers de lettres dans une forêt

Des milliers de courriers ont été découverts enterrés dans une forêt aux Pays-Bas dans des trous creusés à la pelle par un facteur du groupe postal Sandd, qui a été identifié vendredi.

La police avait fait l'étrange découverte mercredi après avoir été alertée par un promeneur intrigué par des amas de terre et un bout de pelle dans une forêt près de Laren (centre).

Après avoir creusé, la police a retrouvé une "quantité importante" de courriers dans huit trous d'un mètre de profondeur. Certaines lettres ont passé plusieurs semaines sous terre.

"Il s'agit pour la plus grande partie de factures, de magazines et de courriers publicitaires", a indiqué à l'AFP Margot van de Coterlet, porte-parole de Sandd.

Deux jours après cette trouvaille, le groupe postal a indiqué avoir identifié le coupable, un facteur dont elle ne révèlera pas le nom pour protéger son intégrité.

"C'est quelqu'un qui malheureusement n'a pas vraiment respecté notre éthique de travail. Nous prendrons les mesures nécessaires", a déclaré Mme Van de Coterlet, refusant de commenter les motivations du facteur.

Les courriers encore en bon état seront, avec plusieurs semaines de retard, acheminés vers les destinataires. Les lettres trop dégradées seront détruites, en concertation avec les expéditeurs.

"Ces courriers ont passé plusieurs semaines sous terre dans une forêt. Ils sont mouillés et sales", a soulevé la porte-parole du groupe postal.

"Nous regrettons beaucoup ce qui s'est passé. Notre but est évidemment de délivrer le courrier à l'heure. Clairement, cela n'a pas été le cas", a-t-elle ajouté, déplorant un "triste" incident.

  1. Le président de la Catalogne propose un nouveau vote sur l'indépendance

    Le président de la Catalogne propose un nouveau vote sur l'indépen­dan­ce

    Le président de la Catalogne Quim Torra a proposé jeudi un nouveau vote sur l'indépendance de cette région espagnole en réaction à la condamnation d'anciens dirigeants pour la tentative de sécession de 2017. "Si, pour avoir installé des urnes, ils nous condamnent à cent ans de prison (somme des peines contre les neufs ex-dirigeants, ndlr), la réponse est claire : il faudra ressortir les urnes pour l'autodétermination", a-t-il déclaré devant le parlement régional.