Plein écran
Robert Ménard, maire de Béziers © photo_news

Un maire français met sur pied une milice privée

Le maire d'extrême droite de Béziers, dans le sud de la France, a annoncé mardi la création d'une "garde" de bénévoles appelés à patrouiller dans la ville pendant la durée de l'état d'urgence, en vigueur en France depuis les attentats du 13 novembre à Paris.

"Vous êtes ancien policier, ancien gendarme, ancien militaire, ancien pompier, rejoignez la garde biterroise ", proclame une affiche, avec pour fond la cathédrale de Béziers, qui sera placardée à partir de jeudi dans la ville.

"Garde biterroise"
Cette "garde biterroise" ne sera pas armée, mais en contact radio avec le PC de la police municipale, a expliqué le maire Robert Ménard lors d'une conférence de presse. Elle sera chargée de signaler tout acte suspect et a vocation à exister tant que l'état d'urgence sera maintenu, selon la municipalité.

Polémiques
Ancien président de Reporters sans Frontières, Robert Ménard a été à l'origine de plusieurs polémiques depuis son élection en mars 2014 à la mairie de Béziers avec le soutien du Front national (FN), le parti d'extrême droite de Marine Le Pen. Il avait notamment fait scandale en mai dernier en affirmant disposer de statistiques sur le pourcentage d'élèves de confession musulmane dans les écoles publiques de la ville, une infraction à la loi qui avait amené la justice à ouvrir une enquête sur un fichage présumé, finalement classée sans suite en juillet.

Couvre-feu
Il a également instauré un couvre-feu dans certains quartiers pour les mineurs de moins de 13 ans, ou assumé ouvertement une campagne d'affichage faisant d'un énorme pistolet le "nouvel ami" de la police municipale. La semaine dernière, Robert Ménard a demandé aux dirigeants des mosquées de Béziers de signer une "charte" en six points, leur demandant notamment de ne prêcher qu'en langue française.

  1. Donald Trump: "Les gens doivent tirer la chasse d'eau 10 fois, 15 fois!"

    Donald Trump: "Les gens doivent tirer la chasse d'eau 10 fois, 15 fois!"

    Depuis son arrivée au pouvoir, il y a près de trois ans, Donald Trump dénonce inlassablement les règlementations environnementales, trop nombreuses et souvent inutiles à ses yeux. Après les ampoules à économie d'énergie, moquées lors des meetings de campagne "Make America Great Again", le président américain s'est lancé vendredi dans un nouveau combat: les mécanismes visant à économiser l'eau dans les toilettes.