Plein écran
Des Roms évacuent un champs près de Dour, à la frontière française. © belga

Un maire UMP aurait aimé voir brûler des Roms

Luc Jousse, maire UMP de Roquebrune-sur-Argens (Var) a regretté lors d'une réunion de quartier que les pompiers aient été appelés "trop tôt" pour éteindre un incendie dans un camp de Roms. Ses propos, enregistrés par un téléphone portable début novembre, ont été diffusés par le site Mediapart.

"Je vous rappelle quand même que les gens du voyage, que dis-je, les Roms, m"ont mis neuf fois le feu. Neuf fois des départs de feux éteints par le SDIS [service départemental d"incendie et de secours], dont le dernier, ils se le sont mis eux-mêmes. Vous savez ce qu"ils font: ils piquent des câbles électriques et après ils le brûlent pour récupérer le cuivre et ils se sont mis à eux-mêmes le feu dans leurs propres caravanes! Un gag! Ce qui est presque dommage, c"est qu"on ait appelé trop tôt les secours!"

Une sortie polémique qui tombe très mal pour Luc Jousse. Tout juste confirmé par l'UMP candidat pour un troisième mandat aux municipales, qui auront lieu fin mars, l'homme politique traîne pourtant quelques "casseroles" derrière lui, rappelle Le Monde: il fait l'objet d'une enquête du parquet de Draguignan pour des détournements de fonds présumés et d'éventuelles prises illégales d'intérêt. Des irrégularités ont ainsi été constatées sur l'attribution de marchés publics ou encore sur des dépenses en carburant notamment (147 litres de diesel consommés en une seule journée sur une carte d'essence de fonction).

Luc Jousse, également président de la Société anonyme roquebrunoise d'aménagement, est en outre accusé par un homme d'affaire niçois d'avoir vendu un terrain communal qui s'est révélé par la suite inconstructible car en zone inondable.