Plein écran

Un mari victime d'une plaisanterie fatale qu'il avait initiée

Elle avait appuyé sur la gâchette, incitée par son mari, sans savoir que le pistolet était chargé. C'était au mois de mars dernier et son époux a trouvé la mort dans une triste plaisanterie qui a mal tourné.

La femme de 32 ans a été reconnue coupable d'homicide par négligence mercredi par la Cour de Bâle mais la justice helvète a fait acte de clémence, le juge unique estimant que la dame avait déjà été lourdement punie en perdant son mari.
 
Le mari avait nettoyé l'arme du crime la veille du drame, introduisant alors une balle réelle dans le chargeur, probablement par distraction, sous influence de cannabis.
 
La jeune veuve a raconté sa version des faits. Alors qu'elle ouvrait le coffre-fort de l'appartement conjugal pour prendre des documents, son époux lui a demandé d'en extraire le pistolet et de le lui apporter.
L'épouse a alors pointé l'arme sur son mari en lui disant "Haut les mains!" pour plaisanter. L'homme s'est prêté au jeu et lui a expliqué comment tenir le pistolet en l'appuyant contre sa tempe.
 
Il a ensuite incité sa femme à appuyer sur la gâchette, lui assurant que rien ne pouvait arriver, selon les dires de l'accusée. Après s'y être refusée dans un premier temps, elle a finalement tiré et le coup est parti...
 
"J'ai fait confiance à mon mari", a-t-elle soutenu devant le juge qui lui a rétorqué que dans un tel cas, la confiance ne suffit pas.
 
Elle savait que son mari avait fumé du cannabis. Pointer un pistolet contre la tempe est un acte dénué de bon sens, a dit le juge. (belga)