L'invention a été testée avec succès sur un patient atteint du coronavirus.
Plein écran
L'invention a été testée avec succès sur un patient atteint du coronavirus. © DR

Un masque de plongée Decathlon reconverti en appareil respiratoire en Italie

En Italie, le masque de plongée “Easybreath” de Decathlon a été reconverti en un respirateur pour un patient atteint du Covid-19. Cette utilisation détournée a été testée pour la première fois dans un hôpital de Brescia, en Lombardie, la région la plus touchée par l’épidémie avec 3.776 décès sur les 6.077 enregistrés dans le pays. L’idée est venue d’un médecin qui a contacté une start-up dans le domaine de l’impression 3D.

Le docteur Renato Favero, qui travaille à l’hôpital de Brescia, dans le nord de l’Italie, a appris que l’entreprise Isinnova, spécialisée dans l’impression 3D, était parvenue à imprimer des valves respiratoires, qui doivent être remplacées toutes les huit heures, et qui ont rapidement manqué en Italie, où la pandémie de nouveau coronavirus fait rage.

Il a alors contacté la start-up et l’enseigne Decathlon, qui ont collaboré pour inventer un respirateur d'un genre nouveau. Les ingénieurs ont mis au point les accessoires nécessaires pour connecter les masques à un appareil respiratoire, et en quelques jours seulement, un prototype était prêt.

“Ce prototype a été testé sur un de nos collègues et il s’est avéré fonctionner correctement”, a rapporté la start-up Isinnova. L’hôpital l’a ensuite testé avec succès sur un patient en détresse respiratoire.

Utilisation gratuite

Selon Rai News, la société a breveté la pièce permettant de connecter le masque de plongée à un appareil respiratoire, mais précise que tout le monde peut utiliser cette technologie gratuitement. “Notre intention est que tous les hôpitaux dans le besoin puissent en bénéficier”, ont fait savoir les créateurs. “Nous n’avons pas l’intention d’en tirer profit”.

L’ingénieur Cristian Fracassi, qui a travaillé sur le projet, explique que sa société croule désormais sous les demandes. “On nous contacte du monde entier. Même le Secrétaire à la Défense des États-Unis m’a appelé”, a-t-il déclaré. Malheureusement, Isinnova n’est plus en mesure de répondre à toutes les demandes, mais les plans et la technique d’installation restent disponibles à tous.

Les plans et la technique d’installation restent disponibles à tous.
Plein écran
Les plans et la technique d’installation restent disponibles à tous. © Isinnova

Mobilisation

Isisnnova n’est pas la seule société à mettre ses talents à profit du combat contre le coronavirus en Italie. Le fabricant de bas, lingerie et collants Calzedonia a ainsi annoncé que certains de ses ateliers s’étaient reconvertis, fabriquaient depuis lundi 10.000 masques par jour et qu’ils monteraient en cadence.

L’équipementier sportif Macron a pour sa part annoncé être disposé à fabriquer dans ses établissements en Chine “des masques, des gants, des tabliers” servant à se protéger du virus. De même que le constructeur automobile italo-américain Fiat Chrysler Automobiles (FCA) qui a annoncé que l’un de ses établissements produirait 1 million de masques par mois.