Plein écran
© EPA

Un parlementaire républicain appelle à destituer Trump

L'élu du Congrès américain Justin Amash a estimé samedi que le président Donald Trump a eu un comportement pouvant conduire à son "impeachment". Il devient ainsi le premier parlementaire républicain à appeler à la destitution du locataire de la Maison Blanche.

Cet élu du Michigan a également accusé le ministre de la Justice Bill Barr d'avoir "délibérément" induit le public en erreur au sujet de la teneur de l'enquête du procureur spécial Robert Mueller sur l'ingérence russe dans l'élection présidentielle américaine de 2016. Dans une série de tweets, l'élu conservateur a déclaré que "peu d'élus du congrès ont lu le rapport Mueller” qui fait état “de nombreux exemples de comportements” pouvant correspondre à la qualification “d'obstruction à la justice”. “Il ne fait aucun doute qu'une personne qui ne serait pas président des États-Unis serait inculpée sur la base de telles preuves”, a-t-il soutenu. “Contrairement à la description qu'en fait M. Barr, le rapport Mueller révèle que le président Trump a pris des mesures et a eu un comportement proches de ‘l'impeachment’”, a poursuivi Justin Amash, élu issu du Tea Party.

Ces propos vont encore plus loin que ceux de la plupart des élus démocrates au Congrès. Une élue démocrate du Michigan, Rashida Tlaib, a aussitôt exhorté M. Amash à cosigner sa résolution de destitution.

Dans son rapport de près de 450 pages, Robert Mueller a exonéré Donald Trump des soupçons de collusion avec Moscou mais a décrit une dizaine de pressions exercées par le président républicain sur l'enquête. S'estimant totalement blanchi, M. Trump n'a de cesse de dénoncer une coûteuse "chasse aux sorcières".

  1. La Nasa a été piratée par un mini-ordinateur à 30 euros

    La Nasa a été piratée par un mi­ni-ordinateur à 30 euros

    Un hacker a infiltré le réseau informatique d'un centre de la Nasa l'an dernier, forçant l'agence spatiale américaine à déconnecter temporairement des systèmes de contrôle des vols spatiaux du centre affecté.L'attaque a commencé en avril 2018 et s'est poursuivie pendant près d'un an dans les réseaux du mythique Jet Propulsion Laboratory (JPL) à Pasadena en Californie, a révélé l'inspecteur général de la Nasa dans un rapport publié le 18 juin.