Plein écran
Agnès Buzyn , ministre française de la Santé. © AFP

Un patient décédé du coronavirus en France, premier mort hors d'Asie

Mise à jourUn patient infecté par le nouveau coronavirus hospitalisé en France depuis fin janvier, un touriste chinois de 80 ans, est décédé, a annoncé samedi la ministre française de la Santé Agnès Buzyn.

Ce décès est le "premier hors d'Asie, le premier en Europe", a souligné la ministre lors d'un point presse. Seuls trois morts avaient jusqu'ici été recensés hors de Chine continentale: aux Philippines, à Hong Kong et au Japon.

“J’ai été informée hier soir” de ce décès, a précisé Agnès Buzyn. L’état de ce patient, hospitalisé à l’hôpital Bichat à Paris, “s’était rapidement dégradé et il était depuis plusieurs jours dans un état critique”. Six patients sur les onze cas d’infection confirmés en France restent hospitalisés sans que leur état de santé n’inspire d’inquiétude, dont les cinq Britanniques contaminés dans les Alpes, tandis que quatre sont guéris, a-t-elle ajouté.

L’épidémie de pneumonie virale baptisée Covid19 a contaminé plus de 66.000 personnes, dont au moins 1.716 parmi les médecins et les infirmiers travaillant au contact des malades, et fait plus de 1.500 morts dans le pays. Le coronavirus est apparu en décembre à Wuhan, la capitale du Hubei, et s’est transformé en un mois en épidémie nationale. Un total de 2.420 nouveaux malades ont été recensés samedi dans cette province du centre du pays, soit environ moitié moins que la veille.

La fille du patient décédé en France également touchée par la maladie

La fille du touriste chinois de 80 ans hospitalisé en France depuis fin janvier et décédé vendredi soir est également touchée par le coronavirus, a indiqué samedi la ministre française de la Santé Agnès Buzyn. Agée de 50 ans, elle est hospitalisée à l’hôpital Bichat à Paris mais son état n’inspire en revanche aucune inquiétude et “elle devrait pouvoir sortir prochainement”.

La France a recensé à ce jour 11 cas confirmés en lien avec l’épidémie de Covid19.

Quatre d’entre eux sont “guéris” et “sont sortis” de l’hôpital: mercredi, un couple de trentenaires chinois également pris en charge à l’hôpital Bichat, jeudi, un Bordelais de 48 ans originaire de Chine et vendredi, un médecin qui était hospitalisé à la Pitié-Salpêtrière à Paris.

Ces personnes “ont cessé d’être positives pour le virus, elles ont eu deux tests négatifs” et sont “de retour chez elles”, a précisé Agnès Buzyn, expliquant qu’il n’y avait plus lieu de leur faire subir une surveillance particulière.

Six patients restent pour leur part hospitalisés mais leur état de santé “n’inspire pas d’inquiétude”. Outre la fille du patient décédé, il s’agit de cinq Britanniques - quatre adultes et un enfant de neuf ans - contaminés par un compatriote lors d’un séjour en Haute-Savoie. Ils sont hospitalisés dans la région lyonnaise.

1er cas en Afrique 

L’épidémie de Covid-19 maintient le monde en alerte, avec près de 600 cas confirmés de contamination dans plus d’une vingtaine de pays.

L’Egypte a annoncé vendredi avoir enregistré le premier cas sur le continent africain.

Mais le principal foyer d’infection hors de Chine reste le paquebot de croisière Diamond Princess, en quarantaine au Japon: 285 cas de contamination y ont été confirmés, dont 67 nouveaux cas annoncés samedi.

Quelque 3.700 passagers et membres d’équipage restent confinés dans leurs cabines. Un porte-parole du département d’Etat américain a annoncé que les ressortissants des Etats-Unis se trouvant à bord seraient évacués et subiraient une quarantaine de deux semaines à leur retour sur le sol américain.

En Chine même, la lutte contre le virus constitue “un grand test pour le système et les capacités de gouvernance du pays”, a reconnu vendredi le président chinois Xi Jinping.

Le gouvernement doit renforcer “son contrôle des médias en ligne”, a-t-il par ailleurs insisté dans un discours publié samedi par la presse étatique, alors que les internautes ont formulé de multiples critiques à l’égard des autorités quant à la gestion de la crise.

Signe des mesures drastiques adoptées à travers le pays, la banque centrale a annoncé samedi que les billets usagés étaient désormais désinfectés et placés en quarantaine jusqu’à 14 jours, avant d’être remis en circulation.

Après avoir initialement félicité Pékin pour son “travail très professionnel”, les Etats-Unis avaient déploré jeudi un “manque de transparence de la part des Chinois”, regrettant que le pays n’ait pas donné suite à la proposition d’envoi d’experts américains.

Les autorités sanitaires du Hubei avaient annoncé jeudi à la surprise générale un élargissement de leur définition des personnes atteintes de la pneumonie virale Covid-19.