Plein écran
© DR/hln

Un pédophile piégeait ses victimes via Fortnite

Un Américain de 41 ans a été arrêté jeudi pour avoir piégé une victime de 17 ans. L'homme l'a forcée à avoir des rapports sexuels et a produit avec elle du matériel pédopornographique. Il avait, avec l'aide d'une complice, gagné la confiance de sa victime via le jeu en réseau Fortnite.

Anthony Gene Thomas, un habitant du sud de la Floride, est poursuivi pour avoir pris contact avec ses victimes via Fortnite, un jeu vidéo en réseau très populaire parmi les enfants et les adolescents, et avoir abusé d'elles. 

Intermédiaire féminin
L'homme a recouru, afin de gagner la confiance de ses proies, à une complice féminine dans le célèbre jeu vidéo. Dans le cadre des longues parties partagées, celle-ci a d'abord fait tomber les barrières de la victime qui s'estimait en sécurité lors de ses échanges avec une femme. Gene Thomas a à son tour piégé la jeune fille à qui sa complice l'avait finalement présenté. De fil en aiguille, l'adolescente lui a confié des détails sur sa situation familiale précaire, terreau d'informations dont le pédophile s'est évidemment servi pour achever de gagner sa confiance et pour créer avec elle un lien encore plus intime. Un modus operandi caractéristique des prédateurs pédophiles, rappelle la justice.

Ensuite, il a commencé à l'inonder d'attentions et de cadeaux puis à lui fournir des cartes de crédit et finalement un smartphone afin qu'il puisse la joindre à tout moment. Les parents n'avaient quant à eux rien remarqué de suspect. Le 25 août dernier, Anthony Gene Thomas et sa complice sont passés à l'acte en venant prendre la jeune fille en voiture. Ils l'ont ensuite emmenée dans une habitation de Broward et ont exigé d'elle, en compensation des cadeaux reçus, d'avoir des rapports sexuels tous ensemble.

22 chefs d'accusation contre le gentil camarade de jeu
Les parents, qui ne savaient pas où se trouvaient leur fille, l'ont alors fait porter disparue. Celle-ci a été retrouvée le lendemain des faits. Comme le pédophile avait gardé contact avec elle, la police est facilement remontée jusqu'à lui. C'est là que les enquêteurs ont détecté, sur son GSM personnel, des images à caractère pédopornographique et des vidéos où apparaissait l'adolescente. Le suspect les vouait à une diffusion sur des sites pédophiles. Selon la justice, on estime son palmarès à une vingtaine de victimes au total. 

Le quadragénaire a été arrêté, entre autres, pour rapports sexuels avec mineure d'âge, pour avoir poussé une mineure d'âge à des pratiques sexuelles illégales, pour avoir voyagé dans le but d'avoir des rapports sexuels avec une mineure et pour avoir diffusé des actes sexuels mettant en scène des mineurs. Pas moins de 22 chefs d'accusation pèsent contre lui. Sa caution à été fixée à 780.000 dollars (près de 690.000 euros).

"Sachez à qui votre enfant parle sur internet"
"Cette affaire est perturbante non seulement parce qu'il s'agit de pédopornographie mais aussi parce que l'auteur s'est servi d'un jeu vidéo très répandu pour prendre contact avec la victime", expose l'avocat général Ashley Moody sur son site. "Nous avons toutes les raisons de croire qu'il y a eu d'autres victimes, et je demande à toute personne susceptible de détenir des informations sur le recrutement de mineurs à des fins pédopornographiques, mais aussi sur toute type d'exploitation sexuelle, de contacter les autorités judiciaires au plus vite". 

"De plus, les tuteurs doivent rester conscients que les prédateurs sont prêts à utiliser tous les moyens possibles pour viser et exploiter un enfant. Je demande donc aux parents et aux personnes en charge d'enfants de s'assurer connaître les personnes avec qui leurs mineurs d'âge entrent en contact via internet ainsi que de leur parler des prédateurs sexuels qui y sévissent, et comment ils opèrent". Des conseils utiles en Belgique aussi, vu le succès du jeu auprès d'un public jeune et donc vulnérable.